• Le coup de la panne
    Le coup de la panne PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Ford, le coup de la panne

Il n’a pas été le seul anglais à sombrer. Mais, en tant que chef d’orchestre du XV de la Rose, la prestation de George Ford était d’autant plus importante, surtout que sa présence en numéro dix était une des grandes interrogations de la finale, lui qui avait débuté sur le banc en quart de finale avant de retrouver sa place face aux All Blacks.

George Ford est passé à côté de sa finale, mais il n’en est pas le seul responsable. Les Sud-Africains se sont fait un malin plaisir d’attaquer sa zone pour l’émousser physiquement. Mais c’est surtout le résultat d’un travail à la chaîne défaillant : tout d’abord un paquet d’avants sous pression, incapable d’assurer une conquête propre, puis un demi de mêlée, Ben Youngs, qui a commis des erreurs techniques inhabituelles, avec des transmissions bien trop lentes. À l’arrivée de la chaîne, les options restantes à George Ford étaient plus que limitées puisque la défense sud-africaine, avec ses montées rapides, avait depuis longtemps coupé les extérieurs. Dans un tel contexte, il faut pouvoir s’appuyer sur un ouvreur d’exception pour renverser la pression.

George Ford n’y est pas parvenu. Au contraire, ses imprécisions dans le jeu au pied ont facilité la tâche des Sud-Africains. À la fin de la rencontre, Ford était contraint de le reconnaître : "Pendant les 20 premières minutes, on a été imprécis, on n’arrivait vraiment pas à mettre un pied dans ce match. Les Springboks n’ont pas arrêté de nous mettre sous pression et ils ont ajouté des points en inscrivant des pénalités. C’est toujours difficile de courir après une équipe comme l’Afrique du Sud. La déception est immense, on n’arrive pas encore à y voir clair sur les raisons de cette défaite, mais il y a des jours comme ça." Un jour sans qu’Eddie Jones a décidé d’écourter en changeant de stratégie dès la 48e minute puisque Ford laissait sa place au trois-quarts centre Henry Slade, permettant ainsi à Owen Farrell de retrouver le numéro dix. Il s’ensuivait un temps fort de dix minutes avant que les Boks ne reprennent le contrôle de la rencontre.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir