• Sous une pluie battante, les Oyonnaxiens ont su bâtir leur succès petit à petit. Rory Grice notamment a été précieux dans le combat que les conditions climatiques ont imposé. Photo Jean-François Basset
    Sous une pluie battante, les Oyonnaxiens ont su bâtir leur succès petit à petit. Rory Grice notamment a été précieux dans le combat que les conditions climatiques ont imposé. Photo Jean-François Basset
Publié le / Modifié le
Pro D2

Oyonnax : revue de détails

L’équipe de l’Ain, malgré son emprise et sa maîtrise, n’est pas parvenue à aller au bout de ses intentions.

La victoire assurée face aux Montalbanis a permis aux Oyonnaxiens de se repositionner à la deuxième place du classement, mais aussi de poursuivre une série positive entamée face à Carcassonne et prolongée à Aix-en-Provence... Ce qui n’a rien d’un détail aux yeux de Joe El Abd : "Nous nous construisons doucement et il était impératif, après être parvenu à assurer un premier succès en déplacement, de le valider à domicile pour lancer un bloc qui sera important avec le voyage à Rouen et la réception de Perpignan." Les propos du directeur sportif d’Oyonnax Rugby cachent sans doute un souhait non formulé, celui de faire durer le plus longtemps possible cette série. Implicitement, il en convient : "Pour avancer nous avons besoin de bons matchs, de bons ingrédients."

Une conquête rassurante

Sur ce point, le duel avec Montauban a apporté des satisfactions. "Nous avons fourni une première période appliquée et globalement bien maîtrisée", poursuit Joe El Abd en allant au bout de l’analyse : "Mais la deuxième période a été plus compliquée, nous avons manqué de précision dans la finition. Nous avons failli sur des détails." Dans la liste des scories peuvent être alignés l’essai refusé en première période après une démonstration de force sur la ligne montalbanaise, celui gâché par un en-avant dans l’en-but en seconde période, un autre encore non aplati… Malgré son emprise, Oyonnax aura ainsi dû se contenter d’un essai de pénalité et d’un autre pointé après l’interception d’une relance hasardeuse pour bâtir son succès. "C’est frustrant, reconnaît Joe El Abd. On a la possession, on s’assure l’occupation, on produit…"

À défaut d’un pragmatisme à toute épreuve les Oyonnaxiens ont su gérer leur match en faisant du jeu au pied une option privilégiée. "Nous voulons nous adapter à l’adversaire comme aux conditions", explique le coach de l’Ain en référence à l’organisation défensive des Montalbanais et à la pluie qui ne cessa d’arroser copieusement le synthétique de Mathon.

La déception d’un bonus envolé est oubliée. " Nous ne voulions pas nous exposer chez nous et avec le vent et la pluie nous avons su construire notre victoire petit à petit. Même si au moins deux essais nous échappent, nous sommes satisfaits de notre conquête, de notre maîtrise et bien sûr du résultat qui nous permet de parfaitement lancer ce bloc", résume le talonneur Benjamin Geledan.

Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir