• Jeremy Davidson et Jean-Baptiste Péjoine feront-ils un coup à l’extérieur ? Photo Icon Sport
    Jeremy Davidson et Jean-Baptiste Péjoine feront-ils un coup à l’extérieur ? Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Cette fois, pas d’excuse pour Brive

Jusqu’à présent, Brive mène une politique claire : le promu veut rester invaincu à domicile, quitte à aborder ces matchs à l’extérieur avec une équipe plus expérimentale. Mais avant deux semaines de Challenge Cup, il peut aborder ce match avec toutes ses armes et sans arrière-pensée.

Avec Castres, Brive se trouve être la seule équipe à ne compter encore aucun point à l’extérieur cette saison. Entre un court revers on ne peut plus rageant à Agen et des défaites douloureuses voire cinglantes à La Rochelle ou Lyon, le CABCL a enchaîné les désillusions chemin faisant. Rien de rédhibitoire, pour tout dire. Rien de traumatisant, non plus.

D’ailleurs, la statistique ne hante pas, loin de là, les nuits de Jeremy Davidson, satisfait du premier tiers de championnat effectué par son groupe, valeureux neuvième : "Tout l’effectif serait content de gagner à l’extérieur mais soyons raisonnables : il faut avant tout rester invaincus à domicile. Avec toutes les victoires à la maison, ça pourrait suffire pour rester en Top 14 ", avait déclaré le manager. Les mathématiques et les annales lui donnent raison… Mais une poignée de résultats positifs loin de leurs bases n’en permettrait pas moins à Saïd Hirèche et à ses partenaires de s’offrir une marge supplémentaire et un bonus de confiance, tous deux bienvenus. Or, l’escale de samedi dans le Tarn ressemble, à s’y méprendre, à une occasion crédible de débloquer le compteur en déplacement pour le promu. Dans un stade où trois des quatre hôtes déjà reçues ont ramené des points : Bordeaux-Bègles s’y est imposé, quand Agen et Montpellier, proches de l’emporter, sont repartis avec un bonus de consolation… Castres ne figure pas, loin de là, parmi les formations les plus sereines et ce, même si les retours du stratège Benjamin Urdapilleta et du fer de lance Ma’ama Vaipulu vont aider à résoudre une partie du problème.

"On ne peut pas lâcher aussi facilement"

Mais surtout, Jeremy Davidson et ses troupes ne se sont jamais déplacés dans des conditions aussi propices. Jusqu’à présent, le CABCL avait opté pour une stratégie assez limpide au niveau de son tableau de marche : en alignant ses cadres à domicile et en panachant son XV de départ le reste du temps avec des espoirs et des éléments en manque de temps de jeu. Jeremy Davidson justifie la démarche, sans sourciller : "Notre équipe monte de Pro D2 et nous avons peut-être moins de profondeur, plus de jeunesse que d’autres. Il nous faut aussi construire sur la durée, de toute manière : comment peut-on prétendre être un club formateur si l’on n’aligne pas nos jeunes ? L’an passé, vous saviez, nous avions eu nos deux succès à l’extérieur à la fin, une fois que les jeunes avaient emmagasiné de l’expérience." Le principe de base s’entend… Mais la programmation de ce match autorise une autre approche. Avant deux journées de Challenge Cup, le promu peut en effet se rendre dans le Tarn avec ses meneurs de jeu et ses titulaires en puissance, sans avoir à se soucier de la prochaine échéance à domicile. Ainsi, pour la première fois de la saison, Brive se déplacera avec un XV de départ proche de celui aligné d’ordinaire au Stadium municipal. Avec, donc, d’autant plus d’arguments et de repères à faire valoir…

L’état d’esprit général, aussi, peut permettre d’amorcer un changement de dynamique. Les joueurs ont à plusieurs reprises confié leur frustration quant aux claques successives reçues à droite et à gauche. Saïd Hirèche, en tête. Même Jean-Baptiste Péjoine a témoigné de son relatif agacement à ce sujet : "On ne peut pas se permettre de lâcher aussi facilement", avait soufflé l’entraîneur des trois-quarts après le revers rochelais. Jusqu’à présent, le score moyen des siens en déplacement paraît bien lourd : 37 à 11. Une nouvelle défaite de cette ampleur au stade Pierre-Fabre ne compromettrait en aucun cas les chances de maintien du promu. Mais plus les revers s’enchaîneront sur la route, plus la pression montera au retour à la maison…

Voir les commentaires
Réagir