• Top 14 - Les Mondialistes seront sur les prés dès ce week-end avec des confrontations à enjeu, à l’instar de Toulouse - Clermont, et les retours de Ntamack, Médard, Guitoune, Huget, Lopez, Penaud et Slimani.
    Top 14 - Les Mondialistes seront sur les prés dès ce week-end avec des confrontations à enjeu, à l’instar de Toulouse - Clermont, et les retours de Ntamack, Médard, Guitoune, Huget, Lopez, Penaud et Slimani. Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
Top 14

Reprise du Top 14 : nouvelle donne

Avec la fin de la coupe du monde, les entraîneurs retrouvent leurs effectifs et peuvent maintenant s’appuyer sur l’ensemble de leurs forces. Ce qui laisse à penser qu’un nouveau championnat débute.

Il serait absurde de minimiser les parcours de Lyon et de l’Union Bordeaux-Bègles. Il serait tout aussi inquiétant de penser que tout va bien du côté du Stade français. Les huit premières journées du Top 14, quasiment un tiers du chemin déjà effectué, vont compter, quoi qu’il arrive. Et pourtant, la sensation qu’un nouveau championnat débute ce samedi est grande.

Les cadors en ont fini avec la période tant redoutée. Le Racing 92 pensait certainement être mieux placé, le Stade toulousain n’a pas hypothéqué ses chances en restant solide à domicile. Clermont, Montpellier, La Rochelle et Toulon sont passés entre les gouttes et ont passé l’obstacle Coupe du monde sans y laisser de plumes. Mais les vérités d’hier seront-elles celles des prochaines semaines ? Rien n’est moins sûr. En 2011, le Biarritz olympique semblait condamner à la descente en Pro D2 à l’issue de la finale du mondial. Après huit journée, le club basque occupait la dernière place avec seulement dix points pour une victoire et deux matchs nuls, dont un à domicile face à Lyon alors à la lutte pour le maintien. Le retour des internationaux avait permis aux Biarrots de redresser la barre de manière significative en terminant au neuvième rang, à huit points d’une place qualificative, avant de remporter le Challenge européen au nez et à la barbe de Toulon, décrochant ainsi son billet pour la grande coupe d’Europe. Autant dire que le BOPB n’avait plus du tout le même visage avec les retours de Dimitri Yachvili, Imanol Harinordoquy et Damien Traille.

Un exemple qui doit renforcer l’espoir des Parisiens de redresser la barre, même s’ils comptent que neuf points. De leur côte, les Bayonnais, étonnants troisièmes, devront se souvenir que Brive et Agen avaient aussi terminé cette période de Coupe du monde aux six premières places. Quelques mois plus tard, le club corrézien était officiellement relégué en Pro D2.

Cette neuvième journée est donc un nouveau départ dans cette saison. Certains clubs partent avec un handicap pour les deux tiers restant, d’autres avec un bonus qu’ils tâcheront de conserver, mais les résultats des prochaines semaines devraient permettre de mieux juger des forces en présence. Les six prochaines journées, entrecoupées de Coupe d’Europe, seront déterminantes avant le début du Tournoi des 6 Nations et son nouveau casse-tête.

Il serait absurde de minimiser les parcours de Lyon et de l’Union Bordeaux-Bègles. Il serait tout aussi inquiétant de penser que tout va bien du côté du Stade français. Les huit premières journées du Top 14, quasiment un tiers du chemin a déjà été effectué, vont compter, quoi qu’il arrive. Et pourtant, la sensation de voir un nouveau championnat débuter ce samedi est forte. Les cadors en ont fini avec la période qu’ils redoutaient tant. Le Racing 92 espérait certainement être mieux placé ; le Stade toulousain a préservé ses chances en restant maître à domicile ; Clermont, Montpellier, La Rochelle et Toulon ont passé l’obstacle Coupe du monde sans y laisser de plumes, certains même avec succès dans le sillage du LOU, Bordeaux et Bayonne.

Le plan d’urgence des mal classés

Faut-il y voir des vérités durables ? Pas sûr. En 2011, Biarritz semblait condamné à la descente en Pro D2 à l’issue du Mondial. Après huit journées, le club basque occupait la dernière place avec dix points (une victoire, deux nuls dont un à domicile et cinq revers). Le retour des internationaux avait permis aux Biarrots de redresser la barre de manière significative en terminant neuvième, à huit points d’une place qualificative, et en remportant le Challenge européen face à Toulon (synonyme de qualification pour la grande Coupe d’Europe). Autant dire que le BOPB n’avait plus du tout le même visage avec les retours des Yachvili, Harinordoquy et Traille. Un exemple qui doit renforcer l’espoir des Parisiens, prêts à déclencher le plan d’urgence.

Handicap ou bonus

De leur côté, les Bayonnais, étonnants troisièmes, devront se souvenir que Brive et Agen avaient également terminé cette période de Coupe du monde parmis les six premiers. Quelques mois plus tard, le CAB était relégué en Pro D2. En surrégime, il n’avait pas résisté au retour des internationaux...

Cette neuvième journée sonne un nouveau départ en pleine saison. Certains clubs partent avec un handicap, d’autres avec un bonus qu’ils tâcheront de conserver. Les résultats des prochaines semaines permettront de mieux juger des forces en présence. Notamment les six prochaines, qui seront déterminantes avant les 6 Nations et son nouveau casse-tête.

AUGOT Nicolas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir