• Le XV de France, lors de la dernière coupe du monde au Japon.
    Le XV de France, lors de la dernière coupe du monde au Japon. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

31 joueurs ou 42 ?

Le dédommagement des clubs a été sensiblement augmenté ces dernières années. Il passe par la LNR et les clubs en profitent largement. Pourtant...

L’équipe de France, et donc Fabien Galthié, dispose-t-elle du vrai soutien du monde professionnel ? C’est l’un des problèmes récurrents du rugby français depuis vingt-cinq ans. Selon nos informations, la réponse est plutôt positive, même si les clubs ne sont pas forcément enchantés par l’idée de libérer pour des stages et des doublons des éléments à qui ils donnent de bons salaires. Mais ils estiment être désormais bien dédommagés pour cet effort. Il faut comprendre que la FFR ne donne quasiment plus rien aux clubs d’élite. C’est la Ligue Nationale de Rugby qui puise dans son budget de 130 millions d’euros pour compenser l’absence des internationaux. Depuis l’arrivée de Paul Goze, l’indemnité a été augmentée à trois reprises. Elle était au départ d’environ 550 euros par jour et par joueur, elle se situe désormais autour de 1 700 euros par jour et par joueur, selon les termes de l’actuelle convention LNR-FFR. C’est un peu en dessous de ce que coûte un joueur chaque jour à un club. Dans l’ensemble, cette situation convient aux clubs conscients de l’importance du Mondial 2023 pour le rugby en général et pour leurs finances propres car les présidents fonctionnent selon l’adage que plus l’équipe de France marche, plus les gens vont voir du rugby dans les stades. Il n’en reste pas moins vrai que les principaux pourvoyeurs d’internationaux que sont Toulouse et Clermont subissent de plein fouet la concurrence du XV de France. Pour eux, la problématique ne se résume pas seulement à une question d’indemnité financière…

Le modus vivendi est installé, surtout depuis la création de la nouvelle commission "paritaire" qui réunit le staff des Bleus et aussi trois managers de grands clubs (Mola, Travers et Azéma). Reste à régler les questions d’avenir et notamment le souhait affirmé par le nouveau sélectionneur de pouvoir compter sur 42 joueurs (au lieu de 31 jusqu’à présent) lors de tous les rassemblements. Manière de pouvoir disposer de deux équipes au complet, sans être impacté par les blessés. Manière, enfin, de travailler sur un réservoir plus important, avec davantage de joueurs concernés par les exigences sportives du haut niveau international. Galthié est prêt à faire un geste envers les clubs en ne retenant que 23 ou 28 joueurs les week-ends de match. Une mesure qui a suscité pas mal de critiques de la part des présidents de clubs de Top 14 qui se sont réunis en marge de l‘AG financière de la LNR, la semaine passée, à l’initiative du patron du Racing 92, Jacky Lorenzetti.

 

J. P. (avec P.-L.G.)
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir