La Rochelle : les erreurs de trop

  • Photo Icon Sport
    Photo Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

(45 - 17) Les Rochelais ont commis trop d’erreurs dans tous les domaines pour se montrer à la hauteur de leurs ambitions.

La défaite est parfois comme l’enfer : pavée de bonnes intentions. Prenez le cas des Rochelais. Après quatre défaites en déplacement, et un point pris seulement depuis le début de saison, ils étaient pleins de bonnes intentions en arrivant à Lyon. Ils avaient récupéré quelques internationaux, absents ou blessés (Doumayrou, Alldritt, Botia) et pouvaient espérer surprendre le leader. Cela s’est vu d’entrée. Sur le premier turnover lyonnais, ils ont récupéré une pénalité. Un lancer et un ballon porté plus tard et on craignait de voir le leader s’essouffler (7-0, 6e).

Mais les intentions ne suffisent pas. Il faut des actes. Et de ce côté-là, les Rochelais sont loin du compte hors de leurs bases. Entre des pénalités concédées parfois bêtement, des lancers perdus, des ballons tombés et des passes mal ajustées, il y avait trop de scories dans leur jeu pour espérer contester la victoire à un Lou sûr de son jeu. « Lyon a assez de qualité et n’avait besoin de rien de notre part, regrette le capitaine, Victor Vito, qui plaide coupable sur le premier essai de Couilloud. Nous n’avons pas été assez disciplinés. Nous n’avons pas respecté le ballon. » 

 

Vito : « Le test c’est maintenant ! »

« Lyon a profité de nos fautes bêtes, de notre manque de précision, de note incapacité à enchaîner trois temps de jeu, pestait de son côté Jono Gibbes. Pour gagner à l’extérieur, il faut aussi être plus discipliné, meilleur en conquête.» Le manager n’a pas oublié non plus de mentionner le manque de discernement dans les zones de marque, avec plusieurs coups mal joués. Forcément ça fait beaucoup… Pourtant, nous n’avons pas senti les Rochelais si loin du compte. Ce n’est pas le moindre mérite de Lyon d’avoir su mettre le doigt là où ça fait mal, et de savoir laisser passer l’orage. « Nous aussi avons déjà pris quarante points chez eux, tempérait Pierre Mignoni. Nous avons été plus réactifs qu’eux sur les turnovers, plus opportunistes. Mais cela n’a pas été un match facile. »

Pas sûr que cela consolera les Rochelais qui vont devoir s’attacher à soigner ces fameux « détails », là où le diable. Sinon, à force de le tirer par la queue, ils s’exposent à de nouvelles déceptions. « C’est facile d’être ensemble dans la victoire, rappelait Victor Vito. Le test, c’est maintenant ! Il faut rester ensemble dans les moments difficiles. » S. F.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir