• Amateur - Éric Lagrange (Joué-lès-Tours)
    Amateur - Éric Lagrange (Joué-lès-Tours) DR / DR
Publié le / Modifié le
Amateurs

Joué-lès-Tours : « Nous nous sentons un peu lésés »

Éric Lagrange, responsable du pôle féminin de Joué-lès-Tours, commente le début de championnat difficile de l’équipe seniors du club.

Après avoir perdu pour pas grand-chose un quart de finale de Fédérale 1 la saison dernière, votre équipe était attendue dans l’année de sa confirmation. Hors son début de saison a été difficile, et sa qualification semble déjà compromise. Vous êtes déjà assez loin des équipes du trio de tête, constitué des équipes réserves des clubs d’Élite 1. Que vous inspire ce début de saison ?

Il ne nous a pas manqué grand-chose pour grappiller plus de points. Les issues de notre match nul contre Évreux et de la défaite contre le Stade français auraient pu être différentes. Mais il y a aussi une logique dans ce démarrage. Nous avons été contraints de réorganiser notre staff technique après la nomination d’Hugues Lhomet en tant que CTC. Il tenait une place importante dans le projet. Cette réorganisation requiert du temps et de l’adaptation. Nous avons aussi perdu deux joueuses importantes de notre ligne de trois-quarts, et nous nous sommes montrés un peu moins performants. Cela ne pardonne pas contre les équipes réserves des clubs de l’Élite 1. Et d’ailleurs j’estime que cela soulève la question de leur présence dans ce championnat.

Plus précisément ?

Je pense qu’elles devraient disputer entre elles un championnat à part, sur le modèle de ce que font les réserves masculines des clubs de Fédérale2 et de Fédérale 3. On voit bien qu’elles disposent d’une densité supérieure. Lorsque l’on joue contre elles, cela tape plus fort. Cela n’empêche pas de pouvoir les battre. Nous l’avions fait la saison dernière pour nous qualifier. Mais au moindre relâchement, il devient difficile de rivaliser. Je pense que leur logique de fonctionnement ne correspond pas à notre compétition. De ce point de vue, nous nous sentons un peu lésés par cette situation. Et je pense que cela ne sert pas l’intérêt du rugby féminin.

Pourquoi ?

L’intérêt du rugby féminin, c’est de parvenir à un maillage du territoire le plus serré possible, en organisant un sport de haut niveau développé sur l’ensemble de l’Hexagone. Ce n’est pas d’organiser une concentration des forces dans quelques clubs. Permettre aux équipes réserves de jouer un championnat classique, avec la possibilité de décrocher un titre de champion de France et une montée en Élite 2, cela nuit à la progression des autres équipes moins implantées sur leur territoire. Mais bon, encore une fois, nous nous en étions sortis la saison dernière, et nous allons nous battre jusqu’au bout pour essayer de rectifier notre trajectoire et de nous qualifier. 

Propos recueillis par Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir