• Respectivement coentraîneur originaire de Saint-Saturnin, et ouvreur et coprésident de l’Étoile, Julien Pastor (à gauche) et Loïc Arène (à droite) ont participé à rapprocher Saint-Saturnin et Monteux.
    Respectivement coentraîneur originaire de Saint-Saturnin, et ouvreur et coprésident de l’Étoile, Julien Pastor (à gauche) et Loïc Arène (à droite) ont participé à rapprocher Saint-Saturnin et Monteux. Photo DR / Photo DR
Publié le / Modifié le
Amateurs

Saint-Saturnin-Monteux : une nouvelle étoile

Au bord de la disparition au printemps, les deux équipes seniors de Saint-Saturnin et Monteux se sont entendus pour créer une nouvelle entité : l’Étoile sang et or. L’ambition est de retrouver à terme la Fédérale 3.

Depuis le début de saison, une nouvelle étoile brille dans le Vaucluse, une étoile « Sang et Or », née de l’union des équipes fanion de Saint-Saturnin et Monteux. Ce nouvel astre a évité de voir le rugby provençal se retrouver avec deux trous noirs, deux vides béants dans le cœur et l’esprit des amoureux du rugby. Il n’y a pas si longtemps chaque des deux équipes brillaient au plus haut niveau amateur : Saint-Saturnin a disputé la finale du championnat de France Fédérale2 en 2006 (perdue contre Nafarroa), Monteux l’a imité trois ans plus tard (défaite contre Castanet). Depuis, les deux clubs n’en ont pas fini de dégringoler. À l’été 2018, Saint-Saturnin demanda lui-même à la Ligue Paca de le faire passer d’Honneur en Promotion Honneur. Après un passage en Honneur, Monteux fréquenta la deuxième partie du tableau en Fédérale 3.
Au mois d’avril, c’est Monteux qui proposa le premier à son voisin de s’unir. De retour de Triscastin, l’ouvreur multitâches, Loïc Arène, également président de l’entente - chaque club à garder son identité et ses structures propres dans les autres catégories - a appelé Julien Pastor, entraîneur et joueur à Saint-Saturnin, également ami et adversaire depuis de longues années. Vingt-cinq joueurs étaient sur le départ pour les clubs voisins - Bédarrides, Sorgues, L’Isle-sur-la-Sorgue notamment - sur une quarantaine de licenciés.

La fédérale 3 dans trois à quatre ans

Après un premier refus, l’idée a fait son chemin. En mal d’effectif également, Saint-Saturnin prenait de son côté la direction d’une nouvelle relégation volontaire… « Nous étions une trentaine, mais sans avoir assez de joueurs de première ligne, explique Julien Pastor. L’alternative était de repartir en Quatrième Série ou de s’associer à Monteux. Nous en avons parlé aux joueurs. Les trois-quarts ont été favorables à l’entente, y compris certains joueurs du village. »
Espérée un temps en Honneur, l’entente, qui a vu le jour tardivement, en juillet, a finalement été engagée en Promotion Honneur, où évoluait Saint-Saturnin la saison dernière. Elle est entraînée notamment par Olivier Vioux, toujours prompt à revenir aider Monteux dans la difficulté, et Gérard Pastor, le père de Julien. Et la mayonnaise a vite pris, dès le premier match de championnat, un voyage difficile au Gapeau, un club également en quête de rédemption, après une mise en sommeil il y a deux ans. « Le rugby c’est aussi la bringue, sourit Julien Pastor. Le match a été dur, avec beaucoup de combat et une bagarre. Et le retour en bus a été festif. » On n’en saura pas plus - et on ne veut pas forcément savoir ! - mais ce jour-là, une équipe est née.

Bien sûr, il y a encore parfois des réserves chez quelques personnes, qui ne voient pas forcément les ententes d’un très bon œil. Mais elle a permis de sauver le rugby en seniors dans les deux communes. Déjà associé à Pernes chez les jeunes depuis plusieurs saisons, Monteux a pu voir les bienfaits d’une entente. « Nafarroa est un exemple de réussite », souffle Loïc Arène. « On pourrait prendre exemple sur Bédarrides et Châteauneuf », souffle, lui, Julien Pastor. Dans l’immédiat, l’objectif est déjà de retrouver la Fédérale 3 dans trois à quatreans. Il faudra déjà arriver à s’extirper de Promotion Honneur. Avec le Gapeau qui fait figure d’épouvantail et les ambitieux Orange et Sorgues, deux équipes devront au moins patienter un an de plus avant de monter en Honneur…

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir