Bouthier : « Je dois être encore plus décisif »

  • Anthony BOUTHIER of Montpellier  during the Top 14 match between Montpellier and Toulouse on October 19, 2019 in Montpellier, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Anthony BOUTHIER - Altrad Stadium - Montpellier (France)
    Anthony BOUTHIER of Montpellier during the Top 14 match between Montpellier and Toulouse on October 19, 2019 in Montpellier, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Anthony BOUTHIER - Altrad Stadium - Montpellier (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Révélation héraultaise de la première partie de saison, l’ancien vannetais, Anthony Bouthier, retrouvera une place de titulaire au Connacht, où il disputera son premier match européen.

À 27 ans, vous allez découvrir dimanche la Champions Cup. êtes-vous excité ?

Bien sûr que je suis tout excité cette semaine ! C’est une grosse compétition qui rassemble les plus grandes équipes européennes, j’ai donc hâte de la découvrir et d’y participer. Je la suivais tous les ans à la télé et je pense qu’elle est peut-être d’un niveau supérieur au Top 14. Ce n’est pas non plus le même rugby. Et je trouve ça vraiment bien de pouvoir disputer deux compétitions différentes dans une même saison. Une autre découverte pour moi.

Vous attendiez-vous à avoir aussi vite cette chance avec le MHR, et surtout, à bénéficier d’entrée d’un tel temps de jeu ?

Je suis très surpris ! Je ne m’attendais pas du tout à jouer tous les matches (sept titularisations ; 600 minutes jouées). Le staff me fait confiance, je m’entends bien avec tout le monde et mes coéquipiers m’aident à m’adapter au Top 14. À titre individuel, ces premiers mois sont vraiment satisfaisants.

Quel retour vous fait le staff sur vos prestations ?

Je n’ai pas eu vraiment d’entretien avec eux, mais ils m’ont dit qu’ils étaient déjà contents de ce que je pouvais mettre en place sur le pré. Ils veulent que je joue ce rugby que je pratiquais les années précédentes en Pro D2. C’est aussi pour ça qu’ils m’ont recruté. À moi de continuer à contre-attaquer, de faire vivre le ballon. Je dois progresser sur ce point pour être encore plus décisif sur chacune de mes prises de balle ; soit en franchissant pour faire avancer l’équipe, soit en marquant (trois essais, N.D.L.R.).

Vous ne bénéficiez aujourd’hui plus de l’effet de surprise. Alors, comment réussissez-vous à créer encore de l’incertitude dans les défenses ?

C’est un travail d’analyse dans la semaine pour trouver, par exemple, des angles de courses différents. Je dois avoir plusieurs options en tête pour surprendre les défenses, avec l’aide de mes coéquipiers bien entendu. Maintenant, on doit devenir plus "tueur". L’équipe arrive à franchir plusieurs fois, mais elle ne marque pas assez d’essais. On manque de patience depuis le début de saison et c’est ça qui amène des imprécisions et des fautes de main en attaque.

L’autre mal récurrent du MHR reste l’indiscipline…

On parle de la discipline toutes les semaines ! Car à ce niveau-là, la moindre faute se paye cash. Et ce sera encore plus le cas en Champions Cup. Alors, il faut arrêter de faire ces fautes stupides un peu partout sur le terrain. Certaines, dans l’engagement, sont difficiles évitables. Mais la plupart de ces erreurs restent un peu bêtes… À nous de les gommer pour gagner des matchs à l’extérieur.

Quel regard portez-vous sur les Irlandais du Connacht ?

Je me méfie des équipes britanniques, qui sont très accrocheuses. Peut-être que le temps ne sera pas au rendez-vous et elles sont habituées à maîtriser ces éléments. À nous de rester vigilants face à cette adversaire dangereux, en nous appuyant sur une grosse défense durant 80 minutes comme face à Toulon. […] Si on veut atteindre notre objectif, à savoir un quart de finale à domicile, il faudra rester invaincus chez nous et gagner au moins une fois à l’extérieur. Ce serait donc l’idéal de décrocher ce succès dès le premier match, même si la tâche s’annonce difficile. 

Julien Louis
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir