Clermont - Harlequins : comme on se retrouve !

  • En avril dernier, la demie de Challenge Cup entre les deux équipes avait accouché d’un grand match plein de suspense.
    En avril dernier, la demie de Challenge Cup entre les deux équipes avait accouché d’un grand match plein de suspense. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Pour leur grand retour dans cette compétition après laquelle ils courent désespérément, les Clermontois affronteront leur vieille connaissance des Harlequins, six mois après la demi-finale de challenge Cup. Faux pas interdit…

L’expérimenté Camille Lopez avait pourtant joué les Cassandre : "Si tu penses aux Harlequins avant l’heure, tu es bon pour en prendre 40 à Toulouse. " Des paroles qui résonnent d’un tout autre écho, avec le recul… Alors certes, les Auvergnats n’ont encaissé "que " 34 points la semaine dernière au Stadium. Mais ne peut-on néanmoins pas en conclure que ces derniers avaient inconsciemment les esprits déjà tournés vers cette réception des Harlequins ? Très certainement, au vrai. Parce que, tous joueurs professionnels qu’ils puissent être, les joueurs n’en demeurent pas moins des hommes. Et qu’après une saison passée à ronger leur frein en Challenge Cup au cours d’improbables voyages à Newport ou à Timisoara, les Auvergnats ne pouvaient en réalité rien faire d’autre que songer en leur for intérieur à leur grand retour dans la compétition reine, 568 jours après (lire ci-dessous), cette belle Coupe qui constitue le Graal du club depuis de longues saisons, et (déjà) trois échecs en finale. "Cela fait un an et demi que l’on attend ça et tout le monde a les crocs pour jouer cette Champions Cup, avouait dans la semaine le pilier Rabah Slimani. Je vais vous dire la même chose que l’an dernier : l’objectif c’est de gagner cette Coupe. Quand on goûte à la petite Coupe d’Europe, on a logiquement envie d’aller au bout avec la grande. "

Un contexte épicé par les rumeurs

Voilà pourquoi, après des débuts mi-figue mi-raisin en championnat relativisés par l’absence des internationaux, c’est bien ce samedi que débutera la "vraie " saison de l’ASM, où l’évaluation des comportements et des performances ne sera plus tronquée par les circonstances atténuantes. Au vrai, après la petite rouste reçue à Toulouse la semaine dernière, les Clermontois n’auront d’autre choix que de frapper du poing sur la table devant leur public, ainsi que les champions de France toulousains s’en sont avérés capables face à eux. La forme du moment de l’adversaire ne laisse en effet aucune alternative, sachant que les Harlequins (certes eux aussi pénalisés par l’absence de joueurs internationaux) n’ont remporté qu’un seul match depuis le début de la saison et ont encore été défaits à domicile la semaine dernière face à la modeste équipe de Worcester (14-19). "Peu importe le contexte du championnat, la Coupe d’Europe est toujours quelque chose de différent, arguait Slimani. Ce sera un peu un mini "Crunch " avec plusieurs joueurs qui ont joué la finale de la Coupe du monde. Cela va être un gros match, tant mieux pour nous et les supporters. Lors de la dernière demi-finale de Challenge Cup contre les Harlequins, cela avait été tendu, cela avait été "à toi à moi" mais quand cela gagne à la fin cela fait toujours plaisir. On avait commencé à dominer le match au début puis les Anglais étaient revenus, cela avait été très serré. J’espère que cela va être la même issue. "

Pas vraiment d’autre choix, en vérité. Car dans un contexte clermontois beaucoup moins calme et feutré qu’à son ordinaire (épicé par la rumeur autour d’un possible départ de Morgan Parra, celle de la prise de contact entre la fédération fidjienne et Franck Azéma et le recrutement déjà bien avancé de la saison prochaine), une défaite d’entrée de jeu en Champions Cup pourrait évidemment avoir des conséquences fâcheuses…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir