• Étonnants leader de la poule 4, les Luziens reçoivent les Nantais. Un duel au sommet entre deux équipes toutes aussi ambitieuses.
    Étonnants leader de la poule 4, les Luziens reçoivent les Nantais. Un duel au sommet entre deux équipes toutes aussi ambitieuses. Jean-Daniel Chopin / Jean-Daniel Chopin
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Eaux profondes, vent du large

Le jeu au large, Luziens et Nantais, de leur propre aveu et sans qu’il soit nécessaire d’établir une corrélation avec la proximité de l’océan Atlantique, s’en délectent.

Oui mais voilà, dans le genre retour sur terre, il n’y a rien de mieux que l’évocation d’une météo susceptible de faire la part belle aux intempéries. "Vu notre profil et les contraintes de la pluriactivité, nous serons, à un moment ou à un autre, en difficulté durant l’automne et à plus forte raison cet hiver, c’est certain" explique David Irazoqui. Le coentraîneur du leader basque n’exclut donc pas la présence d’un autre dauphin (cela tombe bien !) que Cognac-Saint-Jean-d’Angély dans les eaux profondes : "Non, non. L’écart qui nous sépare des candidats au Jean-Prat n’a rien d’irréversible. Dans cette poule, tout va très vite et des surprises, il y en aura chaque week-end." Des propos corroborés par "Manu" Patte : "Et au détriment de nombreuses équipes, je veux dire par là, pas forcément de manière systématique du côté que l’on croit."

Une défense de fer

Ainsi, pas plus tard que samedi dernier, les protégés de l’entraîneur principal ligérien ont tenu tête, voire même, plus que cela, à des Trélissacois experts ès-petits périmètres : "Je pense que le recrutement auquel nous avons procédé à l’intersaison est allé dans ce sens. Les années précédentes, nous avions un peu de mal à rivaliser en termes de gabarit." Avec deux essais inscrits sous forme de ballon porté, le staff est conforté dans la pertinence de son casting, ce que David Irazoqui reconnaît volontiers. "C’est un adversaire à la fois fort sur ses bases et complet auquel nous allons être confrontés", poursuit celui qui salue la qualité de la défense, qui fut susceptible de contenir les assauts de Rennais pourtant dominateurs. Une abnégation qui n’a pas laissé insensible le staff nantais. "Une courte victoire mais une victoire néanmoins méritée et que tout le monde n’avait pas pronostiquée", conclut Emmanuel Patte qui, après avoir pris bonne note de la polyvalence de François Reveillère selon le modèle dit du "cinq-huitième", se réjouit du retour de Bouillon, le bombardier passé par Aix-en-Provence. Dans le camp luzien, Quintana (l’ancien Oloronais), Sajous, Betbeder, Otazo et Garicoix sont touchés à des degrés divers. Elgoyhen, lui, est suspendu.

Philippe Alary
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir