La même complexité pour Vannes

  • Intraitables à domicile pour le moment, les Vannetais ne doivent pas laisser partir le wagon des qualifiables.
    Intraitables à domicile pour le moment, les Vannetais ne doivent pas laisser partir le wagon des qualifiables. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Battu à Perpignan, sans avoir véritablement démérité, le RC Vannes se retrouve dans la même configuration que lors de la venue de Grenoble… avec la même obligation, celle de vaincre.

La venue de Colomiers ce soir à la Rabine - qui une nouvelle fois devrait faire le plein - se situe à peu de choses près dans le même contexte que lors de la venue de Grenoble il y a 15 jours. Faute d’afficher les capacités à aller chercher sa première victoire à l’extérieur, le RC Vannes se trouve à nouveau avec une énorme pression sur les épaules. "Pour valider ce bloc, nous ne devons pas nous contenter de rester invaincus chez nous" confesse Jean-Noël Spitzer. Derrière le propos, il y a l’arrière pensée d’aller à Valence-Romans lors de la 12e journée de championnat, face à une formation qui tarde à décoller dans ce championnat de Pro D2. Ce avec l’ambition une nouvelle fois de vaincre le signe indien. Ce sera du reste la dernière opportunité pour les Vannetais.

Standards d’engagement

Dans l’instant, le groupe se concentre sur la venue d’une formation de Colomiers qui a concassé Carcassonne en match de clôture de la 11e journée de championnat. "Les performances de Colomiers sont très bonnes actuellement. J’ai le sentiment que lorsque cette équipe cible un match elle est capable de l’obtenir et ne fait pas le voyage retour à vide. Ce groupe a su se servir de la saison difficile connue précédemment pour en tirer bénéfice cette saison. Ajoutez à cela un excellent recrutement qui leur apporte beaucoup." Sans minimiser la difficulté de la tache qui attend les siens, le patron du RCV se veut résolument optimiste. D’abord parce que son équipe est jusqu’à présent toujours invaincue à la Rabine. Ensuite parce que l’effectif remanié n’a pas démérité à Perpignan et que les six retours de garçons préservés dans l’optique de ce match, apporteront ce qui aura peut-être manqué en pays catalan. "Cette équipe joue bien, vite et est performante actuellement surtout à l’extérieur. Restons humbles, mais ambitieux" confie Wandrille Picault le troisième ligne. "Colomiers a gagné à Béziers et à Grenoble. Ce n’est pas rien. Le match à Perpignan nous apprend le très haut niveau du Pro D2. On doit s’en inspirer. Il faut que l’on soit dans nos standards d’engagements à domicile pour espérer quelque chose. Nous sommes sous pression car nous ne sommes pas à la place à laquelle nous aimerions être" ajoute Paul Bonnefond le centre vannetais. Il y a manifestement le désir de bien faire les choses dans ce groupe qui a tout spécialement réparé ce rendez-vous et la volonté de vendre chèrement sa peau ce soir devant les banlieusards toulousains. Et l’on sait que le RCV n’est jamais aussi redoutable que lorsqu’il est au pied du mur.

Didier Le Pallec
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir