• Gonzalo Quesada (Jaguares)
    Gonzalo Quesada (Jaguares) Dave Lintott / Icon Sport / Dave Lintott / Icon Sport / Dave Lintott / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Transferts

La priorité du Stade français, c’est Quesada !

Après le départ de Heyneke Meyer, révélé mardi par rugbyrama.fr, le Stade français s’est mis en quête d’un nouveau manager. Plusieurs noms circulent actuellement du côté du stade Jean-Bouin, mais la priorité semble bien d’essayer de faire revenir Gonzalo Quesada.

Mardi soir, le Stade français a confirmé par communiqué le départ de son manager Heyneke Meyer en poste depuis le début de la saison 2018-2019, impactant de fait ses adjoints Pieter De Villiers, Dewald Senekal (avants), John MacFarland (défense) et Ricardo Loubscher (arrières). La responsabilité du secteur sportif a donc été confiée au duo Laurent Sempéré-Julien Arias. Un tandem installé à titre provisoire, mais qui pourrait bien perdurer. Selon nos informations, le club s’est mis en quête prioritairement d’un manager pour la saison prochaine. L’objectif de la direction parisienne est de placer les joueurs face à leurs responsabilités. Jusque-là, nombreux étaient ceux qui ne voulaient plus travailler avec l’ancien patron des Springboks. Les joueurs ayant obtenu gain de cause, ils vont devoir désormais assumer leurs revendications et sortir le club de l’impasse dans laquelle il se trouve. Lanterne rouge du Top 14, le Stade français affiche la plus mauvaise attaque et la pire défense du championnat. Autant dire que le challenge proposé à Sempéré et Arias est colossal. Ces deux-là sont de très jeunes entraîneurs mais très attachés à la culture du club. Le premier a porté les couleurs du Stade français durant onze saisons, le second pendant quinze ans. Ils sont un peu des enfants de Max Guazzini.

Toutefois, leur expérience à ce niveau de responsabilité est quasi-nulle. Beaucoup pensent qu’ils auront besoin d’être encadrés. Mais rien n’est moins sûr. D’abord, ils ont la confiance de l’effectif. Mardi dernier, à l’issue de la réunion avec le directeur général Thomas Lombard et le propriétaire Hans-Peter Wild, ils ont réuni l’ensemble des joueurs. Entre-eux, la discussion a été franche et sincère. Un vote à mains levées a été organisé pour savoir si tous allaient adhérer à l’aventure qui se présente désormais devant eux. L’unanimité s’est faite naturellement, un pacte a été scellé. Ensuite, ce duo-là pourra compter sur un homme d’expérience déjà présent au sein de l’organigramme. Thomas Lombard, fraîchement nommé directeur général sera un soutien précieux. Il connaît le club, le jeu et les hommes.

Blin et Saint-André n’ont pas les faveurs de la direction

Évidemment, plusieurs noms circulent tout de même dans les couloirs de Jean-Bouin. Celui de l’ancien sélectionneur du XV de France Philippe Saint-André, mais selon nos informations il ne sera pas choisi. De son côté, Mathieu Blin, un ancien de la maison, toujours prêt à venir en aide à son club de cœur, a proposé ses services. Lui non plus, malgré son expérience agenaise, n’aurait pas les faveurs de la direction en place. D’autres anciens techniciens du club ont aussi fait savoir qu’ils étaient disponibles. Le Docteur Wild et Thomas Lombard veulent surtout préparer l’avenir. Le recrutement d’un manager expérimenté pour la saison prochaine est la priorité. Pour cette fonction, Ugo Mola, en poste au Stade toulousain et champion de France en titre, aurait pu séduire. Il en a été question en interne. Mais le technicien est sous contrat pour encore plusieurs saisons avec son club. Enfin, la piste la plus sérieuse pourrait bien mener à Gonzalo Quesada. Ce dernier a offert aux Soldats roses ses dernières heures de gloire avec un bouclier de Brennus en 2015. L’an passé, il a conduit pour la première fois de leur histoire les Jaguares en finale du Super Rugby. Un exploit monumental. Il s’apprête d’ailleurs d’ici quelques jours à attaquer la pré-saison avec la province argentine avant d’être en fin de contrat avec sa fédération à l’issue de celle-ci (fin juillet 2020). Pour Quesada, Paris tient une place à part. Il a conservé de nombreux liens avec plusieurs joueurs encore présents et possède toujours un pied-à-terre dans le XVe arrondissement. Ensuite, travailler avec Sempéré et Arias ne serait pas pour lui déplaire. Au contraire. Et la réciprocité est vraie. Des contacts auraient d’ores et déjà été noués entre Paris et Buenos Aires. En attendant, Laurent Sempéré, Julien Arias et surtout les joueurs ont la survie du Stade français dans l’élite entre leurs mains.

Voir les commentaires
Réagir