• Jamie George (Saracens) lors de la finale de Champions Cup 2019 contre le Leinster
    Jamie George (Saracens) lors de la finale de Champions Cup 2019 contre le Leinster Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Champions Cup

Saracens : un champion affaibli ?

Le champion d’Europe en titre, sanctionné pour avoir dépassé le Salary Cap, veut d’abord assurer sa survie dans son championnat avant de penser à l’Europe.

Cette édition commence avec un géant au tapis. Les Saracens, champions en titre mais aussi vainqueurs en 2016 et 2017 sont K.O. debouts au moment de remettre leur titre en jeu. Le club londonien vient d’être sanctionné d’un retrait de 35 points et d’une amende de 5 millions de livres pour avoir enfreint les règles du salary cap. Alors, même si le club a fait appel de cette condamnation, les objectifs ont été revus, comme l’a avoué le directeur du rugby Mark McCall : "Notre travail pour le moment, si la déduction des points est confirmée et si notre appel n’aboutit pas, consiste à essayer de garder notre place au plus haut niveau en Angleterre. C’est ce que nous allons tenter de faire." La priorité sera donc donnée au championnat, ce qui laisse à penser que l’Europe se trouvera un nouveau roi à l’issue de la saison. Une théorie qui ne tient pas pour Ugo Mola, le manager du Stade toulousain : "Jusqu’à preuve du contraire, les Saracens n’ont pas jeté quinze mecs de leur effectif. Les Saracens joueront le titre ou ils n’en seront pas loin."

Il est vrai que les statistiques lui donnent raison. En effet, même avec 35 points de handicap, les Saracens n’auraient pas été relégués lors des cinq dernières saisons. Le maintien n’est donc pas un défi irréalisable. Surtout, ils ne peuvent pas galvauder les matchs de Coupe d’Europe pour éviter d’être sanctionnés par l’EPCR. En effet, l’organisme qui gère les compétitions continentales n’a pas vraiment apprécié l’absence des Saracens lors de la présentation de la compétition la semaine dernière et peut sanctionner des clubs qui galvaudent de manière délibérée la compétition. En France, Agen est bien placé pour le savoir puisque il avait été banni pendant deux ans de toute compétition européenne pour avoir fait une impasse lors d’un match à l’extérieur. Les Saracens, déjà dans l’œil du cyclone, sont donc avertis.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir