À la fin, c'est Toulouse qui gagne

  • Romain Ntamack (Toulouse)
    Romain Ntamack (Toulouse) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Toulouse a passé cinquante-deux minutes à courir après le score. Entre la 11e et la 63e minute, entre le premier essai de Joe Simpson et celui de Bézy, en force après une longue séquence (deux minutes et cinquante secondes) et un dernier coup de boutoir des avants. à ce moment-là, Toulouse prit le pouvoir, 22-20 et ne quitta plus les commandes, il ajouta même trois points par Ramos pour sceller ce succès mérité, mais finalement long à venir. Toulouse avait ouvert le score dès la 3e minute et semblait dominer les débats, mais Gloucester décocha deux flèches qui auraient pu être meurtrières (lire ci-dessus), deux exploits de Joe Simpson magnifiques. Voilà comment Toulouse se retrouva mené 20-9 à la mi-temps. Mais la seconde période fut un cavalier seul français, 16-0, une possession outrageusement favorable, un pack qui prend nettement l’ascendant avec une touche particulièrement vorace (sept ballons piqués). Le différentiel des pénalités résume tout (cinq contre une en deuxième période). Toulouse se vit refuser un essai de plus, la vidéo prouva que Yoann Huget n’avait pas aplati en bout de ligne après une attaque vers la droite et une percée de Tolofua. Un dernier baroud des Anglais ne donna rien de très dangereux. Le score en resta à ce 25-20 finalement flatteur pour Gloucester.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir