• Grégory Alldritt, Oscar de bronze
    Grégory Alldritt, Oscar de bronze Midi Olympique / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Oscars Midol

Alldritt, une ascension sans fin

Récompensé d'un oscar de bronze ce lundi soir à Paris, lors de la 66e cérémonie des Oscars Midi Olympique, le troisième ligne rochelais brûle toutes les étapes. Où s'arrêtera-t-il ?

Comment diable un joueur du potentiel de Grégory Alldritt a-t-il pu, si longtemps, passer entre les mailles de détections du rugby français, qu'il soit professionnel ou fédéral ? Il y a trois ans, le Rochelais évolué en équipe réserve de fédérale 1. Chez lui, à Auch. Cet automne au Japon, il était le numéro 8 titulaire des Bleus, quarts de finalistes de la Coupe du monde. L'ascension, un rien irréelle dans un rugby désormais hyper-professionnalisé, tient d'un conte de fées. 

« Ce qui m'arrive, c'est complètement fou.Je n'y pense pas trop car on se focalise souvent sur des objectifs plus collectifs, et à court terme : le match d'après, la semaine d'après, etc. Mais je m'en rends compte quand je rentre chez moi et que je retrouve mes copains. » Lesquels n'ont pas changé et observent, admiratifs, l'ascension fulgurante de leur pote. « On se parle de quelques souvenirs et on se rend alors compte qu'il y a seulement trois ans, on jouait en « Féd 1 » ensemble, à Auch. C'est là que je redescends sur terre et que je réalise que, pour moi, les choses sont allées très, très vite. »

Trop vite ? Ses performances ne disent pas cela. Appelé en Bleu par Jacques Brunel, Alldritt a d'abord attendu son tour. Puis, remplaçant, ses entrées en jeu n'ont jamais déçu. Qu'importe l'écart de niveau et les marches avalées quatre à quatre, en si peu de temps, le Rochelais n'est jamais apparu dépassé, ni même en difficulté. Dur au mal, sa densité physique est précieuse, son appétence pour les combats rudes une garantie pour le XV de France. Le rugby international, Alldritt est taillé pour. « Je n'ai pas le sentiment d'avoir sauté les étapes. Je suis arrivé de Fédérale 1 à La Rochelle, puis Patrice (Collazo, alors entraîneur du Stade rochelais, N.D.L.R.) m'a fait jouer mes premiers matchs amicaux. Avant de retourner avec l'équipe espoirs. Si ma progression a été rapide, elle a aussi été linéaire, construite. Je n'ai pas l'impression d'avoir raté et brûlé une étape en chemin. »

Les armes pour durer

Effectivement tous les points de passage ont été respectés. Simplement, Alldritt ne s'y est jamais attardé. Jusqu'à devenir officiellement le numéro 8 titulaire de l'équipe de France, lors de la dernière Coupe du monde. Un rêve éveillé, qu'il partageait en septembre dernier, au pied du Mont Fuji, dans l'attente de débuter ce Mondial. « Est-ce que je serai titulaire ? Je n'aurais déjà jamais pensé pouvoir disputer une Coupe du monde... » 

Il était effectivement titulaire, poussant sur le banc un Louis Picamoles qui avait régné sur le poste de troisième ligne centre pendant 10 ans. Et Alldritt, n'a que 22 ans. Un contexte qui enlève une belle équipe du pied du nouveau staff du XV de France. A ce poste si précieux, central dans la conduite du jeu, Galthié et ses boys tiennent leur titulaire. Parti pour durer.

 

Voir les commentaires
Réagir