Avec Vakatawa, ça change tout !

  • Avec Vakatawa, ça change tout !
    Avec Vakatawa, ça change tout !
Publié le / Mis à jour le

Déjà très en vue la semaine précédente à Jean-Bouin, Virimi Vakatawa a réalisé une nouvelle prestation de haut vol contre les Saracens.

Dire que le retour des internationaux a remis les têtes à l’endroit au Racing 92 est de nature à crisper les non-mondialistes du "92". Cela semble pourtant de moins en moins contestable. En l’espace de deux semaines, soit depuis qu’il a récupéré ses "Japonais", le club francilien s’est rassuré en Top 14 en gagnant avec le bonus offensif chez le voisin parisien (9-25) et a lancé sa campagne européenne de la meilleure des manières, par une victoire contre le tenant du titre, là encore bonifiée (30-10). Parmi les secteurs en regain de forme, l’impact offensif, d’un tout autre calibre, et le retour dans le XV de départ de Virimi Vakatawa n’y est pas étranger.

L’ancienne star du VII avait déjà fait très mal au Stade français pour son premier match de la saison et ciel et blanc et il a récidivé sept jours plus tard face au champion d’Europe et d’Angleterre. En donnant le ton à ses partenaires, d’abord, dans un premier quart d’heure tonitruant où, après avoir initié deux actions chaudes, il inscrivit le premier essai des siens, tranchant comme une lame le rideau défensif des Sarries (10e). Sa capacité à passer les bras et faire jouer après lui a continuellement instillé un vent de panique chez les banlieusards londoniens, à chacune de ses prises de balle. Ses offloads à une main ont par deux fois failli faire mouche, un léger en-avant de passe pour Imhoff (37e) et la légèreté tout court de Baptiste Chouzenoux pour parcourir le dernier mètre avant l’en-but (72e) l’ayant privé de la ligne "passe décisive" dans sa fiche de statistiques personnelles.

Travers : "Il est au top"

En plus de son activité sur le front de l’attaque altoséquanaise, le trois-quarts centre international, logiquement élu homme du match, s’est également donné dans les tâches plus obscures, récupérant par exemple deux pénalités dans l’exercice du conteste au sol (32e, 35e). D’habitude peu enclin à faire des commentaires individuels sur ses troupes, son manager Laurent Travers a fait volontiers une exception pour son homme fort du moment : "Il est au top, dans la lignée de ce qu’il a montré durant la Coupe du monde. C’est un puncheur, il est bien dans ce groupe et nous montre toutes ses qualités. À partir de là, il fait énormément de bien à l’équipe."

Meilleur marqueur du club l’an dernier, Virimi Vakatawa a montré, en l’espace de deux matchs, qu’il était toujours aussi indispensable à la ligne d’attaque francilienne, toute heureuse d’avoir retrouvé son facteur X au sommet de sa forme.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir