Déjà, les cadors

  • Toulouse v Wasps - European Champions Cup
    Toulouse v Wasps - European Champions Cup Icon Sport - Manuel Blondeau
Publié le

Voilà seulement une journée disputée, dans cette Champions Cup, et on n’assurera encore rien quant à son issue. Pourtant, déjà, si peu de surprises. Leinster, Munster, Ulster, Glasgow, Toulouse, Racing et Clermont ont tous gagné. Les six premiers étaient déjà en quart de finale l’an dernier, quand les Auvergnats gagnaient le Challenge Cup.

Des équipes habituées des phases finales dans cette compétition européenne, si exigeante. Auxquels on rajoutera Exeter, si régulier en Angleterre, champion 2017 et qui, enfin, s’affirme sur la scène continentale. La Rochelle, balayée sur sa pelouse, a payé cher pour l’apprendre.

Une tendance, donc, est clairement dessinée : si l’Europe est bien un (ou deux ?) ton au-dessus des affaires domestiques qui occupent les clubs la majorité de l’année, et que son format condensé n’autorise que peu de jokers, il faut alors savoir l’aborder. Les cadors, qui la ciblent dès son premier match, ne se trompent que rarement.

Que vont faire les Saracens ?

Cela demande des moyens humains mais pas seulement. Lyon peut en témoigner qui, malgré un effectif désormais de haut niveau, autant sur la qualité que la quantité, ne parvient toujours pas à se mêler à la bataille. Montpellier également qui, malgré ses gros moyens, reste encore à quai au Connacht.

Pour répondre présent dans ces sommets européens, il faut donc une certaine expérience. À ce jeu, personne en France n’en compte autant que Toulouse, Clermont et le Racing depuis cinq ans. Sans surprise, ce sont donc ces trois "Européens-convaincus" qui ont porté haut l’étendard tricolore ce week-end. Clermont a piétiné les Harlequins, dans le sillage du duo fidjien Raka-Yato intenable. Toulouse s’est fait peur, certes, à Gloucester, mais sa nette supériorité dans la grande majorité des compartiments du jeu a fini par payer. Le Racing, enfin, a profité de Saracens amoindris pour sortir sa meilleure prestation de ce début de saison. Les Franciliens sont au rendez-vous.

Dans ce bal des habitués, où les Irlandais tiendront comme toujours leur rang, on trouve finalement une seule inconnue : gagnant de trois éditions ces quatre dernières années (2016, 2017, 2019), les Saracens pourraient opter pour un choix radical. Avec le retrait administratif de 35 points au classement de leur championnat anglais, les Sarries changent de priorité et pourraient faire passer la mission maintien bien avant celle d’un couronnement européen. Le renouveau pourrait se trouver là, avec un trône vacant. Et une petite dizaine de prétendants.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?