• Les lauréats des Oscars Midi Olympique
    Les lauréats des Oscars Midi Olympique Midi Olympique / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Oscars Midol

Kolbe, Kolisi et Dupont : grands gagnants de la 66e cérémonie des Oscars de Midi Olympique

Ce lundi 18 novembre, Midi Olympique organisait la 66e cérémonie des Oscars du rugby français. Dans le cadre somptueux du pavillon Gabriel à Paris, Midi Olympique organise ce soir, les Sud-africains Cheslin Kolbe et Siya Kolisi ont été mis à l'honneur. Le Toulousain Antoine Dupont a lui aussi été primé.

C'est au somptueux Pavillon Gabriel, là ils ont leurs habitudes au pied des Champs-Élysées, que les Oscars Midi Olympique ont déroulé ce lundi soir leur 66e cérémonie. « Un événement exceptionnel, comme chaque année, et je suis fier qu'il soit organisé par Midi Olympique. Nul autre n'est capable d'une telle organisation, dans une ambiance amicale, chaleureuse et sportive. C'est LA soirée du rugby, qui réunit tout ceux qui comptent dans ce sport à l'échelle mondiale », ouvrait Jean-Michel Baylet, président-directeur général du groupe La Dépêche du midi.

Pour l'occasion, plus de 280 convives s'étaient glissés dans leur plus beau costume pour se mêler à la fête. Et effectivement, quelques-uns des plus beaux noms du rugby mondial étaient là. À commencer par les champions du monde Duane Vermeulen, Cheslin Kolbe, François Steyn et surtout Siya Kolisi, nouveau symbole du rugby sud-africain, premier capitaine noir à avoir soulevé le trophée Webb-Ellis, il y a deux semaines au Japon, avec le maillot des Springboks sur le dos. « Je suis fier et heureux de vous recevoir ce soir, vous le capitaine d'une équipe d'Afrique du sud multiculturelle », lui a adressé Jean-Michel Baylet, au moment de lui remettre un Oscar d'honneur. Pour l'occasion, Kolisi avait spécialement fait le déplacement pour l'occasion. Une parenthèse de deux jours à Paris avant de rentrer en Afrique du Sud, où les festivités pour la célébration du sacre mondial se poursuivent.

Star de la première partie de soirée, Kolisi laissait ensuite la place aux remises des Oscars. Cheslin Kolbe, joueur le plus spectaculaire de la planète rugby 2019, recevait l'Oscar monde pour sa saison superbe, que ce soit au Stade Toulousain ou avec les Springboks. Du côté des Français, c'est un autre Toulousain qui s'adjugeait les lauriers : autre grand bonhomme de la saison stadiste, Antoine Dupont (Oscar d'or) devançait le Clermontois Damian Penaud (Oscar d'argent) et le Rochelais Grégory Alldritt (Oscar de bronze) dans les votes des lecteurs de Midi Olympique. Trois joueurs de 23 ans ou moins. Du côté des féminines, c'est la Bayonnaise Pauline Bourdon, tout juste 24 ans, qui a été sacrée meilleure joueuse de l'année. Le message est clair : la jeunesse a pris la place.

Les finalistes de 1999 à l'honneur

Pour accompagner les champions du monde sud-africain et cette jeunesse française émergente, un parterre de célébrités du rugby était présent au Pavillon Gabriel. Thierry Dusautoir, George Gregan, Lawrence Dallaglio, Bryan Habana, Conrad Smith, Imanol Harinordoquy, Diego Dominguez ou Gareth Edwards. Du quatre étoiles. Clive Woodward, sélectionneur des champions du monde anglais en 2003, était également là, tout comme Raphaël Ibanez et Fabien Galthié. Du beau monde, donc. Et les deux nouveaux hommes forts du XV de France entraient dans une double-thématique : en cette année 2019, Midi Olympique s'était mis au défi de réunir les héros français de 1999, vingt après.

Aux cotés d'Ibanez et Galthié, tombeurs des Néo-Zélandais de Lomu et Umaga en Twickenham, en demi-finale de la Coupe du monde, on trouvait donc Brouzet, Benazzi, Tournaire, Califano, Castaignède, Costes, Magne, Soulette, Pelous, Dourthe, Ntamack (Emile) et Bernat-Salles.

Tout ce beau monde s'était réuni ce lundi 18 novembre, à midi, dans les salons privés de l'hôtel Fouquet's, sur les Champs-Élysées, pour des premières retrouvailles chaleureuses. Pierre Villepreux et Jean-Claude Skrela, leurs entraîneurs à l'époque, étaient également là. « Ce sont des moments rares, privilégiés. Depuis 20 ans, nous n'avions pas eu l'occasion de nous réunir de cette façon, collégiale » appréciait alors Villepreux. « On se croise de temps en temps, un par un, sur divers événements du rugby. Mais il n'y avait jamais eu cette réunion officielle. » C'est désormais chose faite.

Appelés sur la scène du Pavillon Gabriel, en clôture de la cérémonie, et longuement applaudis par le public présent, les héros de 1999 faisaient alors revivre une des pages les plus glorieuses de l'histoire du rugby français. De celles qu'il tardait à l'assistance de revivre. À ce propos, 2023, qui se profile, était déjà dans toutes les bouches.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir