Montpellier : Comme d’habitude…

  • Trop de fautes techniques, trop de turnovers pour permettre aux Héraultais de revenir du Connacht avec une victoire. Photo Icon Sport
    Trop de fautes techniques, trop de turnovers pour permettre aux Héraultais de revenir du Connacht avec une victoire. Photo Icon Sport
Publié le

Par manque de réalisme, de précision technique et aussi, de constance dans le combat, le MHR concède une cinquième défaite à l’extérieur (et en Irlande aussi).

Seize turnovers et dix pénalités concédés. Les chiffres du mal héraultais. Restons sur le premier et arrêtons-nous sur une image. Comment, sur une balle de match dans le money-time, B. Du Plessis peut-il tenter une passe à une main "extérieure ", plutôt que de l’assurer pour Ngandebe, d’autant plus qu’il a le temps ? Et éviter ainsi la faute de main de ce dernier…

Une "gourmandise" intolérable ! à l’image, de la multitude de gestes basiques non-maîtrisés par les coéquipiers de Benoît Paillaugue, souvent à des moments clés. Le capitaine développe : "L’équipe démarre très bien et après, on s’endort. Dans les 22 mètres, on fait les mauvais choix et on tombe des ballons. À un moment donné, nous sortons mal de notre camp. On ne se comprend pas bien avec Misha (Nariashvili, N.D.L.R.). Je veux dégager mais il reste devant moi et du coup, je tape dans son dos. Mêlée et essai du Connacht. Ils se sont nourris de nos fautes. Nous prenons un jaune, ils marquent… Et nous, on brèche pas mal de fois, mais on ne concrétise pas."

Inversion de pression au sol

Ce fameux manque de réalisme offensif, consécutif à de l’impatience et à de l’affolement, qui poursuit le MHR depuis le début de l’année. Et justifie, avec l’indiscipline, le fait qu’il n’ait toujours pas gagné à l’extérieur en six déplacements. Mais ces deux faiblesses récurrentes n’expliquent pas un fait troublant. "Quand nous dominons autant devant, ce n’est pas possible de perdre…", note Yvan Reilhac.

Et bien si ! Car les Cistes n’ont pas réussi à tenir leur emprise sur le jeu au sol durant toute la partie. Maîtres des contre-rucks sur le premier acte, ils ont été piégés dans ce secteur sur leurs deux dernières actions. Et ainsi, concédés deux pénalités (un ballon gratté et une entrée de Bardy sur le côté), qui ont permis au Connacht d’inverser la pression.

La gestion des détails cruciaux fait toujours défaut à cette équipe et gâche son potentiel réel. La solution pour évoluer ? Maîtriser les choses simples avant de vouloir surjouer.

Julien Louis
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?