• President of Rugby French Federation Bernard Laporte during the press conference for the France rugby team announcement on June 18, 2019 in Paris-La Defense, France. (Photo by Aude Alcover/Icon Sport)
    President of Rugby French Federation Bernard Laporte during the press conference for the France rugby team announcement on June 18, 2019 in Paris-La Defense, France. (Photo by Aude Alcover/Icon Sport) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Élection World Rugby

Laporte avec Beaumont, Pichot esseulé

Dans six mois, World Rugby aura un nouveau président et, à ce titre, le possible ralliement de Bernard Laporte à Bill Beaumont devrait contribuer à maintenir l’Anglais au poste.

Il y a un mois, nos confrères argentins de La Nacion rapportaient que l’Argentin Agustin Pichot serait épaulé par Bernard Laporte, en vue des élections de mai 2020 qui donneront à World Rugby un nouveau président, et ce pour les quatre prochaines années. Il faut croire que la rumeur était infondée ou alors que les choses changent très vite, en politique.

Selon nos informations, le patron de la FFR Bernard Laporte aurait en effet été sollicité par Bill Beaumont, le candidat sortant, pour être à ses côtés pour la réélection de l’Anglais, lequel a succédé à Bernard Lapasset au 1er juillet 2016. De fait, Laporte choisirait de rester fidèle aux six grandes nations du Nord, argentières et locomotives du rugby mondial, lesquelles ne manqueront pas de soutenir l’ancien capitaine des Lions britanniques, bien parti pour un second mandat. Pourquoi est-on aussi affirmatif ? Parmi les 33 votants, qui représentent 50 voix inégalement réparties, le rapport de force est aujourd’hui indéniablement favorable à Beaumont et aux pays du Nord. En clair, Agustin Pichot, très esseulé, est aujourd’hui soutenu par l’Argentine, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Australie (trois voix chacune), la zone "Océanie" et celle d’Amérique du Sud. Le reste du monde semble, lui, entièrement dévoué à Bill Beaumont : le Japon, les États-Unis, le Canada, la zone "Afrique", la conférence asiatique et, surtout, les six membres du vieux Tournoi (trois voix chacun) n’ont jamais imaginé un autre président que l’ancien deuxième ligne du XV de la Rose. Alors, Agustin Pichot peut-il refaire son retard en six mois, battre Beaumont et relancer son grand projet de "Ligue des Nations" ? A priori, cela semble inconcevable…

Laporte, fidèle aux 6 Nations

Il y a, dans l’esprit de Bernard Laporte, un double enjeu dans ce positionnement politique. Le premier reste de protéger à l’étranger les intérêts de la FFR, laquelle ne peut se couper des cinq autres grandes nations européennes, sur le point d’être "boostées" par les centaines de millions d’euros injectées dans le Tournoi par "CVC", le fonds d’investissement qui achète morceau par morceau le rugby professionnel. Dans un deuxième temps, "Bernie " sait que le second mandat de Bill Beaumont sera aussi le dernier et qu’à l’issue de celui-ci, Européens, Nord-Américains ou Japonais lui dérouleront le tapis rouge pour l’élection du printemps 2024. D’ici là, le vice-président de World Rugby qu’incarnera Laporte en cas de réélection de l’Anglais deviendra un des principaux décisionnaires de la planète ovale, tant il se dit de Beaumont qu’il est "coulant", "arrangeant" ou "discret", lorsqu’il s’agit d’exercer le pouvoir…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir