• Les Audois de Félix Le Bourhis, balle en main, et de Louis Marrou (casqué) réalisent le bon coup du week-end.
    Les Audois de Félix Le Bourhis, balle en main, et de Louis Marrou (casqué) réalisent le bon coup du week-end. Midi Olympique / Stéphanie Biscaye / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Pro D2

Carcassonne, dans le bon wagon

(20-24) Grâce à des leaders qui ont montré l’exemple, l’USC se retrouve sixième du Pro D2 après avoir longtemps espéré.

Ils voulaient se donner les moyens de leurs ambitions, c’est chose faite. Carcassonne a enfin vaincu son mal du voyage pour s’imposer en terres montalbanaises. Après avoir stagné de longues semaines aux portes de ce tant convoité top 6, les Audois l’intègrent avec mérite. "C’était quand même notre objectif !", reprend sobrement Mathieu Cidre, l’entraîneur des avants. Ce succès de quatre points, ils se l’ont construit grâce à un cocktail parfait de stratégie, de technique et de volonté. De stratégie, parce qu’il a fallu sacrifier la première mi-temps et affronter le vent pour avoir une meilleure gestion en seconde. "Avec le vent dans le dos, on devait les obliger à jouer chez eux en tapant loin, afin de les mettre à la faute", analyse le demi d’ouverture Romuald Séguy.

De technique car, justement, ce même Séguy a montré la sienne, par des jeux au pied d’occupation bien sentis. Malgré deux échecs, le demi d’ouverture a très bien figuré pour sa troisième titularisation. "Jusqu’à présent, je n’ai pas trop joué. Je n’étais pas trop dans les papiers mais avec un résultat pareil, gagné grâce à du pied et une bonne défense, ça me sourit", répond humblement le joueur formé à Perpignan, comme son coéquipier sur le flanc, Gilles Bosch.

Un taulier à la hauteur du rendez-vous

De volonté, aussi, parce que les vingt dernières minutes ont vu des réveils par à-coups des locaux maladroits. S’est alors illustrée une défense carcassonnaise remarquable. Le troisième ligne Joël Koffi y a vu un déclic : "À l’extérieur, on passe au travers parce que nous manquons de constance, d’engagement et de discipline. Et ce retour sur la pelouse après la pause a fait beaucoup du bien, avec un essai malgré l’infériorité numérique."

Au milieu de cette troisième ligne très présente et de ces avants efficaces au sol, le cadre du vestiaire Joël Koffi se trouve satisfait. L’état d’esprit, qui a permis de glaner ce précieux succès, est rassurant. "Nous avions besoin de prendre des points à l’extérieur, souffle celui qui connaît sa neuvième saison dans l’Aude. C’est fait, on peut partir en congés l’esprit tranquille." Quand on lui demande ses secrets de longévité, il sourit : "C’est la flamme (rires) ! Et des soirs comme ceux-là, ça donne envie de continuer !"

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir