Clermont, sous des hallebardes !

  • Les Clermontois du centre George Moala (à gauche) ont bien tenté de réagir en seconde période mais Luke Marshall (à droite) et les siens ont su préserver leur avance. Les voilà leader de la poule après deux belles prestations en une semaine.
    Les Clermontois du centre George Moala (à gauche) ont bien tenté de réagir en seconde période mais Luke Marshall (à droite) et les siens ont su préserver leur avance. Les voilà leader de la poule après deux belles prestations en une semaine. Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

(18-13) Les Auvergnats auraient pu réaliser un braquage en fin de match grâce à leur mêlée. Mais la victoire d’un Ulster tout en générosité ne se discute pas. L’ASMCA s’est noyée sous la pluie.

Faisons un peu de rugby fiction. Ce match, Clermont a presque failli le gagner. à 18-13 dans les cinq dernières minutes, l’ASMCA s’est procuré deux ou trois pénalités pour s’installer résolument dans le camp adverse et comme la mêlée nord-irlandaise était un cache-misère de premier ordre, cela aurait très bien pu fonctionner. Mais le premier sauteur de l’Ulster intercepta cette balle de match. Clermont eut encore sa chance une minute plus tard, avec une nouvelle pénalité pour une dernière séance mais le pack de l’Ulster veillait au grain autour du brave Iain Henderson, capitaine de la besogne. Dans un ultime sursaut, les avants au maillot blanc enrayèrent la séquence des Jaunards, avec un turnover qui valait de l’or. Cette fois c’était bien fini.

Sous la pluie atroce de Belfast, Clermont ne réussirait pas le hold-up de la décennie. Tant pis ou tant mieux pour ceux qui préfèrent que les matchs se terminent sur un verdict de justice. L’Ulster avait toujours mené au score et se faire coiffer sur le fil aurait tourné au coup de dague assassin. Mais en bon club du Top 14, Clermont avait sa mêlée pour lui et ça veut dire beaucoup. C’est fou comme cette arme ancestrale demeure une spécialité française. Comme Lyon la semaine passée à Northampton, Clermont s’en est servi comme il fallait pour sauver les meubles après une entame bien mal négociée. On pense au calvaire du jeune gaucher Eric O’Sullivan (21 ans), qui a fait connaissance avec l’expertise de Rabah Slimani. "Même si Slimani n’est pas le pousseur le plus clair du circuit, je le reconnais, nous avons été en difficulté. Il faut voir le problème en face", a reconnu Dan McFarland, le coach de l’Ulster. On nous a répété cent fois que la mêlée avait perdu de son importance dans le rugby moderne. On en doute après le spectacle dantesque de vendredi soir. Clermont a livré son pire match de la saison, "la pire première mi-temps depuis dix ans" nous a confié un suiveur de longue date. On ne sera pas aussi sévère mais on a bien vu ces quarante minutes assez sinistres sous les averses, dominées largement par l’Ulster avec 70 % de domination territoriale et 66 % de possession. Alors, on a senti Franck Azéma, presque soulagé, en mode "protection de ses joueurs". Il se satisfaisait de ce point de bonus ramené de Ravenhill en ayant en plus empêché les Ulstermen de marquer un bonus offensif : "Nous avons souffert mais ce point n’est pas un miracle. Ce bonus, nous sommes allés le chercher en deuxième période. Au vu de la domination de l’Ulster en première période, notamment sur les phases de collision, ce n’était pas si mal de limiter les dégâts comme ça. Je regrette que nous n’ayons pas su leur mettre la pression sur le jeu au pied comme eux ont sur le faire… Ils étaient très agressifs avec leurs gros porteurs, ils mettaient une grosse pression sur la zone de rucks et, je le répète, leur jeu au pied était bon avec cette pression sur les points de chute. Nous n’étions pas du même calibre."

Chauffe Marcell !

La pluie a joué son rôle car elle a nivelé les valeurs. Mais dans quel sens ? En faveur de l’Ulster sur le plan général, vu l’effectif auvergnat. En faveur de Clermont sur les quatre-vingts minutes, vu la débauche d’énergie de l’Ulster autour de son numéro 8 sud-africain Marcell Coetzee, nommé "homme du match". On l’avait un peu oublié mais il jouait encore le Rugby Championship l’été dernier avec les Springboks. Il n’aurait pas été si ridicule avec les champions du monde… Lui et le demi de mêlée John Cooney ont fait émerger un Ulster généreux mais forcément maladroit vu les conditions climatiques. On accordera aux Clermontois le bénéfice du doute sur leur essai refusé : "Je n’ai pas vraiment l’impression qu’il y avait en-avant, il touche avec la hanche. Et surtout, nous n’avons pas pu revoir les images, pas plus que sur le plaquage d’Addison (Jedraziak a dû sortir sur l’action, N.D.L.R. ). Il y eut aussi deux ou trois interventions au delà des rucks…" Ceci dit, Yato aussi aurait pu recevoir un carton et il fut copieusement hué par le public pour une supposée simulation qui contraignit l’arbitre à arrêter net une action dangereuse. Il se releva d’un coup, la face enflée c’est vrai. Dureté au mal ou roublardise ? C’est la chronique éternelle du rugby, seul sport de combat collectif.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir