Dauger, l’attraction d’un astre

  • Au Parc des Princes, finale 1943, Bayonne bat Agen. Jean Dauger mène l’attaque de l’Aviron face aux Agenais, il est alors au sommet de son art, un physique d’Apollon, et une technique impeccable. Photo DR
    Au Parc des Princes, finale 1943, Bayonne bat Agen. Jean Dauger mène l’attaque de l’Aviron face aux Agenais, il est alors au sommet de son art, un physique d’Apollon, et une technique impeccable. Photo DR
Publié le

Il y a vingt ans disparaissait Jean-Dauger, joueur mythique par excellence. Pour les jeunes, il est désormais le nom d’un stade, pour les anciens il fut un modèle, une légende, presque un martyr.

La nouvelle était tombée en pleine Coupe du monde 1999, elle n’avait pas fait tellement de bruit à cause de la richesse de l’actualité. Midi Olympique avait été assez chiche sur ce sujet. Le trois-quarts centre Jean Dauger venait de mourir, pas si vieux que ça d’ailleurs, 79 ans. "J’avais conscience qu’il était quelqu’un d’important bien sûr, même il parlait très peu de sa carrière. Il nous...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?