Irish coffee pour Toulouse

  • Pita Ahki a inscrit l’ultime essai de la rencontre après la sirène, synonyme de bonus offensif. Auteur d’une belle entrée, le centre a participé au réveil toulousain en deuxième période.
    Pita Ahki a inscrit l’ultime essai de la rencontre après la sirène, synonyme de bonus offensif. Auteur d’une belle entrée, le centre a participé au réveil toulousain en deuxième période. Midi Olympique / Émilie Coutheillas / Midi Olympique
Publié le / Mis à jour le

(32-17) Malgré de grosses difficultés pendant une heure de jeu, les Stadistes ont fini par prendre la mesure du Connacht pour s’offrir un final en apothéose et un succès bonifié. Après deux matchs certes étriqués, les champions de France ont parfaitement lancé leur campagne européenne.

C’est l’histoire d’un repas on ne peut plus agité, ponctué par un délicieux dessert. "C’était un match piège", explique Ugo Mola. Ce fut le cas. Pendant une heure de jeu, les Toulousains ont balbutié leur rugby et sont tombés sur une équipe du Connacht, certes diminuée par de nombreuses absences, manifestement prête physiquement, laquelle n’avait pas grand-chose à perdre à Ernest-Wallon. D’autant plus que la pluie diluvienne qui s’abattait sur la ville rose n’arrangeait pas les affaires des coéquipiers du capitaine du jour Jerome Kaino. Ce dernier avoue, alors que les siens s’étaient fait piéger à deux reprises avant la pause et bataillaient au tableau d’affichage, qu’il s’agissait de ne pas paniquer : "J’ai essayé de ne pas regarder le score mais de me concentrer sur la façon dont on pouvait améliorer notre jeu dans ces conditions climatiques qui avaient forcément un impact sur notre production. Il fallait garder notre sérénité et être meilleurs sur les basiques, notamment en défense. Le Connacht s’était nourri de nos erreurs."

Mettant clairement en garde les Stadistes s’ils veulent se donner les chances d’aller loin dans cette compétition, même s’ils se sont offerts une fin heureuse. "Je ne sais pas si c’est une fin heureuse mais c’était surtout un début malheureux, avec deux essais encaissés trop simplement, note Mola. Le résultat final et comptable est plutôt positif mais, sur la manière et les intentions, il y a beaucoup à redire." Et d’ajouter, en forme d’avertissement adressé à ses hommes : "La bonne leçon de ce week-end, c’est qu’on se fait peur le jour où on ne met pas l’intensité nécessaire, et c’était vrai en première mi-temps, notamment de la part de nos avants qui étaient peut-être restés à l’hôtel de Seilh (sourires)."

Kaino : "Capable d’adapter la stratégie"

Au retour des vestiaires, le pack rouge et noir a effectivement pris la mesure de son homologue irlandais. Grâce à sa domination dans les impacts, en touche et en mêlée, il a fait avancer sa formation et amené les troisième et quatrième essais. Pour servir, avec encore une entrée décisive du banc, un final en apothéose. "On a pu faire basculer la rencontre sur un rugby qui n’est pas forcément le nôtre, se réjouit Mola. Mais il fallait en passer par les ballons portés et une bonne conquête." Jusqu’à arracher le bonus offensif dans les arrêts de jeu. "Le plus important était d’assurer la victoire mais nous avions le sentiment, dans les dernières minutes, de pouvoir aller le chercher", dit Kaino. Preuve de l’appétit des champions de France. Et l’ancien All Black de louer l’aspect tout terrain de son armada : "Nous avons su rester calmes. Le jeu au pied est essentiel dans ce contexte, comme les groupés pénétrants. Cela montre que notre équipe est capable d’adapter sa stratégie."

Avec neuf points engrangés, malgré des sueurs froides lors de chacun des deux rendez-vous, Toulouse a réussi son démarrage. "C’est un bon départ et je crois qu’il est bénéfique d’avoir connu deux matchs difficiles, poursuit Kaino. La compétition est exigeante et cela nous permet d’être sur la bonne voie. Il faut monter en puissance." Même si la situation en Champions Cup semble aujourd’hui idéale. Mola en rigole : "Vous oubliez un élément essentiel, c’est que les Montpelliérains sont dans le trafic et je n’ai pas l’impression qu’ils vont nous laisser faire le plan parfait jusqu’au bout." Alors vivement la double confrontation face au MHR, après une journée de Top 14 perdue au milieu des échéances européennes.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir