• Jens Torfs (Mont-de-Marsan)
    Jens Torfs (Mont-de-Marsan) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Mont-de-Marsan sur la voie du renouveau

(30-10) Grâce à un mélange parfaitement dosé entre jeunesse et expérience, le Stade Montois a confirmé face à Béziers ses bonnes dispositions actuelles.

Indubitablement, le Stade montois est dans une bonne passe. Sa victoire face à Béziers, acquise sans contestation possible, en atteste. À croire que ce succès tant attendu à l’extérieur, qui s’est matérialisé à Aurillac, a eu un effet psychologique très positif. Car face à Béziers, on a vu un Stade montois ambitieux malgré les conditions atmosphériques difficiles, mais surtout une équipe sûre d’elle, déterminée, qui a construit son match avec pragmatisme et efficacité. Tout juste peut-on regretter, comme le soulignait David Darricarrère, une seconde période moins emballante, plus brouillonne, qui aura empêché ses hommes de glaner un bonus offensif qui leur tendait les bras à la pause : "Nous avions les armes pour faire encore mieux, mais on ne va pas faire la fine bouche. D’autant qu’il y a beaucoup de positif dans ce match. Notre première période est très aboutie, avec peu de déchets malgré la pluie, un premier essai très bien construit et très bien amené qui démontre que nous sommes capables de reproduire le travail de la semaine. Nous avons aussi fait preuve de discipline, domaine que nous travaillons particulièrement, et cela commence à payer."

Pour autant, il faudra encore attendre un peu et la confirmation définitive de ces bonnes dispositions pour véritablement s’emballer. Mais le visage de cette équipe montoise n’est plus tout à fait le même qu’il y a encore un mois à peine.

Jeunesse triomphante

Les deux essais inscrits au terme de chaque période sont d’ailleurs symptomatiques du changement qui est en train de s’opérer. En fin de première période, menant 16-3, les Montois auraient pu se contenter de rajouter trois points sur la dernière pénalité obtenue. Ils préférèrent aller en touche, avant de marquer au pied des poteaux. Puis en fin de match, alors que le score était acquis et qu’il n’y avait plus rien à espérer, ils surent d’abord renverser la mêlée adverse puis enclencher sur la touche suivante un maul dévastateur sur vingt mètres, avec l’aide de la ligne de trois-quarts, et envoyer Adrien Séguret signer un doublé. Comme le notait David Darricarrère : "Cette dernière action démontre que les garçons en veulent plus et qu’ils ont envie de passer la ligne ensemble, c’est intéressant."

Mais ce qui l’est plus encore, c’est la tenue de cette jeunesse, massivement alignée pour la deuxième fois consécutive qui, encadrée par quelques "papas" irréprochables, a démontré qu’elle était capable d’assumer. Et c’est évidemment un vrai motif d’espoir pour la suite.

Pierre Baylet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir