• Hugo Bouyssou (Aurillac) contre Colomiers
    Hugo Bouyssou (Aurillac) contre Colomiers Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Trous d’airs coupables à Aurillac

Présents pendant un acte puis dépassés, les Cantaliens ont payé une addition salée.

Malgré le calendrier dantesque qui ne le fera pas souffler d’ici Noël, et qui oblige le staff à ne pas utiliser toutes ses meilleures forces lors de chaque bataille, on ne peut pas vraiment dire qu’Aurillac n’y laisse pas ses tripes sur le terrain. Vendredi soir à Bendichou, les Cantaliens ont tenu leur réputation de poil à gratter et d’équipe terriblement dense. Malgré la très importante rotation effectuée par rapport à la défaite à domicile contre Mont-de-Marsan (douze changements dans le quinze de départ), la jeune garde aurillacoise, jetée en pâture n’aura pas eu à rougir de sa prestation. "On avait senti qu’il y avait eu un regain de motivation durant la semaine avec les mecs qui rentraient et jouaient peu depuis le début de saison. Ils avaient les dents longues" rappelait l’expérimenté troisième ligne Pierre Roussel, capitaine pour l’occasion.

Le problème est qu’Aurillac aura réussi à tenir Colomiers pendant trente-cinq minutes avant de pécher dans le rythme, et de subir les vagues haut-garonnaises, irrémédiables et épuisantes en seconde période. "L’investissement ne suffit pas, ou plus. Il faut aussi réfléchir et mettre les bons ingrédients, arriver à mieux sortir de notre camp, avoir la possession… Il ne faut pas qu’on soit bon par vagues seulement" poursuivait Roussel. "On baisse trop vite la tête. Il faut vite la relever et quand ça ne va pas, trouver les mots entre nous. On n’a pas le droit de sombrer comme ça" analysait un Thierry Peuchlestrade rapidement tourné vers le tournant de la saison qui se profile avec la réception de Montauban.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir