• Les partenaires de Pierre-Gilles Lakafia retrouveront l’Irlande, une vieille connaissance, lors du tournoi de repêchages pour les JO 2020 à Tokyo.
    Les partenaires de Pierre-Gilles Lakafia retrouveront l’Irlande, une vieille connaissance, lors du tournoi de repêchages pour les JO 2020 à Tokyo. JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Tournoi de Biarritz

Biarritz en pole pour le repêchage

Les sélections françaises masculines et féminines à VII connaissent tous leurs adversaires pour le Tournoi de la dernière chance en vue des JO de Tokyo 2020. Mi-décembre, World Rugby annoncera le lieu du double événement. Pour l’heure, le Stade Aguilera tient la corde.

Depuis le week-end dernier et l’épreuve de qualification olympique de la zone Asie, qui a vu la Corée du Sud se qualifier à domicile, toutes les équipes reversés en tournoi de repêchage - et donc les adversaires de la France - sont connues.

Chez les hommes, les Bleus seront confrontés à l’Ouganda, au Zimbabwe, à la Jamaïque, au Mexique, au Brésil, au Chili, à la Chine, à Hong Kong, au Tonga et, surtout, aux Samoa et à l’Irlande, leurs deux principaux concurrents, pour décrocher l’unique ticket pour Tokyo attribué lors de ces repêchages.

Monaco et Moscou en concurrents

Du côté des femmes, où deux places sont encore à pourvoir, les Bleues devront assumer leur statut de favorites devant la Colombie, l’Argentine, le Mexique, la Jamaïque, la Russie, Madagascar, la Tunisie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Samoa, Hong Kong et le Kazakhstan. L’enjeu est de taille : il en va de la représentation du rugby français dans la plus grande compétition de sport au monde.

Le rendez-vous est fixé aux 20 et 21 juin 2020, soit seulement cinq semaines avant la grand-messe nippone, organisée entre le 27 juillet et le 1er août. Le même week-end, d’ailleurs, que les demi-finales de Top 14 à Nice, programmées les vendredi et samedi. Si tous les participants sont désormais identifiés, il reste une inconnue de taille : le lieu de l’événement. Trois candidats se sont récemment déclarés auprès de World Rugby pour accueillir les deux compétitions : la France, avec Biarritz, la principauté de Monaco et la Russie avec sa capitale Moscou. L’instance internationale doit statuer à la mi-décembre sur le choix de la ville hôte.

Selon les dernières informations, la candidature française tiendrait la corde. Si cette tendance se confirmait, les deux sélections tricolores auraient donc l’opportunité de disputer le tournoi de la dernière chance à domicile, sur la pelouse du stade Aguilera, devant peut-être 13 000 spectateurs. Verdict d’ici une quinzaine de jours.

Voir les commentaires
Réagir