• Les berjalliens ne veulent pas se tromper d’objetcif. Battre Nice sera le préalable à toute autre projection.
    Les berjalliens ne veulent pas se tromper d’objetcif. Battre Nice sera le préalable à toute autre projection. / Hervé Coste
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Ne pas se tromper de bataille

 Bourgoin, la concordance des temps a son importance. Pas question de mélanger passé, présent et avenir. Concernant le passé on n’est pas loin du plus que parfait alors que le CSBJ se retrouve à quatre points de Narbonne, trois de Bourg-en-Bresse, malgré un match en retard.

"Nous avons réalisé de très bons résultats dans ce début de saison", convient Jean-Henri Tubert, "avec trois victoires en déplacement à Nîmes, Castanet et Hyères et une seule défaite à Aubenas nous nous sommes positionnés dans le haut du tableau. Lors de notre match à Aubenas les meilleurs ont gagné mais malgré la défaite l’état d’esprit du groupe qui a trouvé les ressources pour aller chercher le bonus défensif en fin de rencontre est très positif."

Ce dimanche, après deux semaines sans jouer, suite au report du match à Céret, Bourgoin va retrouver la pelouse du stade Pierre-Rajon, face à Nice prétendant affirmé au Top 6. "Nous aurions souhaité pouvoir jouer ce match le vendredi ou le samedi, pour ne pas empiéter sur les temps de récupération alors que nous jouerons à Bourg-en-Bresse le vendredi suivant, mais Nice ne pouvait pas", regrette le manager berjallien en soulignant toute l’importance de ce rendez-vous dominical : "Ce sera un match de reprise de bloc, après deux semaines sans compétition. Nous avons géré cette trêve forcée en laissant un peu de repos aux joueurs, mais nous aurions préféré rester dans le rythme et entretenir la dynamique. Compte tenu du report de notre match à Céret, cette rencontre va aussi lancer une suite de quatre confrontations très importantes avec deux réceptions et deux déplacements. Pour l’ouvrir nous allons retrouver une très bonne équipe de Nice, que nous connaissons bien et qui se présentera dans l’élan d’une victoire face à Bourg-en-Bresse."

Ce constat pourrait inciter les Berjalliens à vouloir tirer une référence de leur confrontation avec les Azuréens tombeurs des Bressans qui seront justement leurs prochains adversaires dans un choc au sommet. Jean-Henri Tubert se refuse à cette projection vers le futur : "chaque chose en son temps ! Le présent c’est la réception de Nice. Ce sera un premier gros chantier. Il ne faudra surtout pas se tromper de bataille et rester focus sur ce duel avec les Niçois. Lundi, nous commencerons à penser à notre déplacement à Bourg-en-Bresse…mais pas avant."

Jean-Pierre Dunand
Voir les commentaires
Réagir