• Pro D2 - Zack Henry (Nevers)
    Pro D2 - Zack Henry (Nevers) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Nevers remporte la guerre de tranchées

Le match

Plus nerveux que le débit de la Loire roulant à quelques encablures du Pré-Fleuri, plus tendu qu’une panse de charolais de concours, le match Nevers-Béziers a tenu ses promesses de stress et d’incertitude. Jusqu’à un « extra-time » incroyable qui voit les hommes d’Hugues Bastide arracher sur le fil la première victoire de leur équipe face à leur bête noire (16-13).

En première période, la parole est aux défenses, à celle de l’Uson surtout, qui encaisse sans broncher trois longues séquences dans ses 22 mètres. Les Biterrois dominent mais gâchent, que ce soit par leur ailier Rawaca massacrant un deux contre un ou par leur buteur Jérôme Porical auteur d’un improbable zéro sur trois.

Les Héraultais sont récompensés de leurs efforts quelques minutes après la pause, mais Nevers réplique sur un de ses rares groupés-pénétrants efficaces de la soirée. Béziers s’énerve, concède des pénalités qui permettent aux locaux de creuser l’avantage (13-7). A leur tour fébriles, les Bourguignons s’exposent inutilement et se font rattraper sur deux pénalités cadeaux. Zack Henry puis Kylian Jaminet manquent la pénalité du succès dans les dix dernières minutes, le partage des points semble inéluctable. Arrivent les arrêts de jeu : les Biterrois font le choix de jouer plutôt que taper en touche. Une bravade fatale. Deux pénalités et deux minutes plus tard, ce sont les Neversois qui lèvent les bras, incrédules, dans un stade en fusion.

Le tournant

81e minute : la sirène a sonné la fin du match, mêlée pour Béziers qui n’a plus qu’à sortir le ballon et l’expédier en touche pour fêter un 13-13 conforme au scénario du match. Mais l’édifice biterrois tangue, le n°8 rouge prend la balle et part en percussion, seul. La défense neversoise le coffre. Pénalité, touche aux 22 m : l’alignement jaune et bleu contrôle, tente un groupé-pénétrant, se ravise et part au près. Un regroupement, un deuxième : les Biterrois se mettent à la faute, pratiquement face aux poteaux. En tribune, le staff frôle l’apoplexie. Le Pré-Fleuri est en apnée, le temps pour Zack Henry d’envoyer le ballon entre les perches et offrir une victoire miraculeuse aux siens.

L’action

Menés 7-3 à la 45e minute après une pénaltouche pragmatique, les Neversois ne se démobilisent pas. De retour dans les 22 mètres sur pénalité, ils mettent en route le tracteur du groupé-pénétrant. Inexorable, la puissante mécanique laboure les dix derniers mètres biterrois et plante Hugo Fabrègue dans l’en-but. 10-7, puis 13-7 quelques minutes plus tard : Nevers prend un avantage psychologique que le retour des Héraultais à 13-13 n’entamera pas.

Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Réagir