• Cinq matchs et cinq victoires : les Nordistes sont en forme. Photo A. T.
    Cinq matchs et cinq victoires : les Nordistes sont en forme. Photo A. T.
Publié le / Modifié le
Féminines

Arras. L’année de la confirmation

Revenues à XV l’an dernier, le début de saison des Nordistes confirme l’embellie.

Un souffle d’air frais est entré au club d’Arras par les portes et par les fenêtres Ce monument du Nord se trouvait en péril. La chute des garçons en Fédérale 2, qui n’en finissait plus, et la baisse d’effectif chez les filles, qui les avait reléguées du championnat de Fédérale 1 aux plateaux à VII, avait beaucoup fragilisé l’édifice. Il a été reconsolidé par deux débuts de saison prometteurs. En remportant deux succès consécutivement au début du mois d’octobre, les garçons (Fédérale 3) avaient fait œuvre d’une petite constance dans l’effort qu’ils n’avaient plus produit depuis quatre années. En se portant facilement en tête de leur poule de la phase préliminaire - cinq succès consécutifs - les filles ont acquis le droit, pour la deuxième année consécutive, de participer à la poule de play-off du championnat de Fédérale 2, qui débutera au mois de janvier. Pour elles, c’est l’année de la confirmation.

Cinq retours d’anciennes

Après quelques années de disette, les Lionnes avait reconstitué une petite équipe de jeu à XV la saison dernière et ce redémarrage réussi les avait porté de façon inattendue jusqu’à un quart de finale, perdu contre la réserve du Stade français. Cette saison, les Arrageoises ont encore gonflé leur effectif en retrouvant quelques-unes de leurs anciennes joueuses. Les retours de Caroline Leroy, Alice Broyez, Laure Grosseny, Iman Dadi ou encore de Valentine Balingheil ont porté le nombre des coéquipières à trente licenciées. «Nous avons retrouvé un niveau de concurrence qui porte tout le monde», apprécie la responsable Perrine Rossi qui, depuis le départ de Dephine Vasseur pour raison professionnelle, entraîne avec Etienne De Rosa. «Notre groupe a accueilli tout un tas de filles d’horizon divers, qui ont redynamisé notre aventure. Et depuis la belle saison dernière, elles en veulent davantage. Nous voulons franchir une marche supplémentaire.» L’objectif des demi-finales a donc été établi en interne, ce qui impliquerait une montée en Fédérale 1. «On n’en est pas là, atténue un peu Perrine Rossi. Nous connaissons le fossé qui sépare les deux divisions et les filles sont toujours en apprentissage. Mais nous n’allons pas leur dire de jouer avec le frein à main pour ne pas monter. Pour l’instant, on fait tourner tout le monde et on emmagasine une belle expérience collective. Nous voulons confirmer notre embellie. Et nous verrons bien jusqu’où elle nous mènera.»

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir