Un match comptant pour du beurre pour les Rochelais ?

  • Les Rochelais d’Alexi Balès, ici face à Sale, n’ont pas réussi leur début de campagne européenne.
    Les Rochelais d’Alexi Balès, ici face à Sale, n’ont pas réussi leur début de campagne européenne. Actionplus / Icon Sport / Actionplus / Icon Sport / Actionplus / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Défaits par deux fois, les Rochelais ne se font guère d’illusion sur leur avenir cette saison en Champions Cup. Une compétition qui pourrait pourtant leur servir de tremplin pour la scène nationale.

Avec zéro point en deux journées de Champions Cup, le Stade rochelais est bon dernier de la poule 2. Pire, il a vu Exeter s’envoler avec déjà 10 points au compteur, anéantissant pratiquement les moindres espoirs d’une qualification. La deuxième participation des Maritimes dans la plus grande compétition européenne apparaît comme celle de l’apprentissage après le parcours d’il y a deux saisons, extraordinaire et sans doute un peu en trompe-l’œil. "On continue de construire notre expérience et notre ambition est de gagner un maximum dans cette compétition." Le manager néo-zélandais Jono Gibbes marche sur des œufs et a sans doute, de surcroît, fait une croix sur la qualification de son équipe pour les phases finales. Se projette néanmoins une double confrontation face aux Écossais de Glasgow, réputés comme joueurs et qui devraient offrir une belle opposition aux Maritimes.

Lâchez-vous !

Les enjeux du Top 14 viennent souvent amoindrir la qualité du jeu des équipes qui n’ont pas d’autres choix que de l’emporter à domicile, au risque de voir leur place chuter considérablement dans le classement. Preuve en est le dernier match des Maritimes face à Castres. "Notre problème en ce moment, c’est qu’on ne joue pas dans les bonnes zones de terrain, on force un peu à jouer de loin, expliquait Brock James. Je pense que le souci est dans l’exécution. Dans le désordre, on doit mieux trouver notre structure."

Le week-end dernier, le club à la caravelle avait la pression. Tous l’ont reconnu, indéniablement. Face à Glasgow samedi, les Jaune et Noir pourraient et devront enfin se lâcher, ne rien calculer et cela ne serait pas plus mal. Car cette "expérience" si chère à Jono Gibbes pourrait avoir des répercussions sur le championnat, l’objectif numéro 1 désormais des Charentais-Maritimes. En effet, les matchs de haut niveau ne servent jamais à rien et face aux difficultés récurrentes des Rochelais depuis le début de la saison à se trouver offensivement, à réussir les passes au contact qui faisaient leur marque de fabrique, l’absence presque totale de pression aura peut-être une vertu fondatrice pour la suite. À défaut de qualification, la Champions Cup pourrait leur permettre de retrouver leur identité offensive, qui manque tant à tous.

Paul Arnould
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir