Et pourquoi pas pour Mont-de-Marsan ?

  • Jens Torfs (Mont-de-Marsan)
    Jens Torfs (Mont-de-Marsan) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les Oyomen sont sur une très belle série. Les Montois seront-ils à la hauteur face à l’équipe en forme du championnat ?

Le Stade montois s’attaquera dimanche à ce qui se fait de mieux actuellement dans ce championnat de Pro D2. Doit-il pour autant trembler ? Certes pas, car il n’aura rien à perdre dans cette confrontation qui devrait se jouer dans des conditions propices à un rugby offensif, ce qui n’est pas forcément pour déplaire aux Landais. Pourtant, les deux clubs ne boxent pas dans la même catégorie, comme le rappelle David Auradou, le manager jaune et noir : "Vu la série en cours de notre adversaire et les joueurs qui composent son effectif, ce n’est pas une injure de dire que nous serons le petit qui va défier le gros."

C’est effectivement une évidence. Mais cela ne signifie pas que les Montois vont se déplacer dans l’Ain sans ambition, même si l’objectif principal réside dans le contenu et les attitudes plus que dans le résultat : "Il serait très prétentieux de dire que nous allons à Oyonnax pour l’emporter. Mais si nous restions dans la dynamique positive que nous avons enclenché, ce serait déjà très bien. Cela doit se traduire par la volonté de lutter jusqu’au bout face à un ténor de la compétition et de confirmer les progrès constatés depuis quelques semaines. Le résultat, c’est autre chose, mais pour nous, c’est un peu un match de Coupe d’Europe. Et si notre investissement nous permet d’être dans le coup tout au long du match, nous verrons bien si nous sommes capables, au bout, de ramener quelque chose", rajoute l’entraîneur montois.

Les coéquipiers de Julien Tastet peuvent-ils véritablement y croire ? C’est la question.

Préparer la suite

Face à l’armada de la Plastic Valley, quels sont leurs atouts pour rivaliser ? Une conquête plus stable ? Certes. Une confiance en hausse ? Oui, sans conteste, depuis la victoire à Aurillac qui a permis de débloquer le compteur en déplacement. Un jeu offensif qui gagne en efficacité ? À coup sûr. Pour autant, cela suffira-t-il à perturber les certitudes de l’hôte du jour ? On a du mal à vraiment l’envisager. Qu’importe pour l’ancien seconde ligne de l’équipe de France, car c’est cette série de trois rencontres successives qui constitue l’objectif : "Après ce déplacement, nous avons deux matchs très importants avant la trêve des confiseurs. Il serait bon d’aborder la suite avec des certitudes. Et quoi de mieux que d’aller se mesurer au haut du panier pour savoir où nous en sommes ? Une équipe se construit à l’extérieur, cette rencontre nous donnera donc des renseignements précieux pour les deux confrontations à venir."

Les Montois savent, avec leur expérience de ce championnat, que les séries sont faites pour s’arrêter un jour. Ce postulat, ils en ont fait les frais parfois, et ont pu le vérifier à leur profit souvent lors de ces dernières années. Nul doute qu’au moment d’entrer sur la pelouse du stade Charles-Mathon, ils penseront par exemple à cette incroyable victoire ramenée il y a deux ans du stade Aimé-Giral à Perpignan. Et s’ils savent que l’Histoire repasse rarement deux fois les mêmes plats, cela ne devrait pas les empêcher de se donner à fond avec une petite idée derrière la tête.

Pierre Baylet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir