• Les Toulonnais de Baptiste Serin, imprenables en mêlée, devront vaincre London Irish pour s’envoler en Challenge Cup.
    Les Toulonnais de Baptiste Serin, imprenables en mêlée, devront vaincre London Irish pour s’envoler en Challenge Cup. Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Challenge Cup

Le terrain reprend ses droits à Toulon

Si elle clôturera une drôle de semaine sur la Rade, la réception des London Irish doit surtout permettre aux Varois de s’envoler au classement.

Tout va très vite dans le sport de haut niveau. Et c’est d’autant plus vrai quand il se joue sur la rade. En effet, quelle autre structure que le RCT peut présenter une recrue championne du monde, enchaîner un cinquième match sans revers consécutif (une première depuis 2016) et annoncer un changement de propriétaire (avec le départ de l’homme qui a porté le club sur ses épaules depuis 2006) en l’espace de quatre jours, le tout en préparant une rencontre décisive pour la qualification européenne ? Pas grand monde, on en conviendra. Mais à Toulon "tout est différent" et lundi, lors du premier entraînement collectif d’Eben Etzebeth, personne ne savait véritablement où donner de la tête. La fin de l’ère Boudjellal ?

Les courses, casquette du club vissée sur la tête, du géant sud africain ? La découverte de la pelouse hybride et le retour au centre d’entraînement de Berg ? "Ah oui, il y a quand même un match décisif ", s’amusaient certains fidèles. Car samedi, sur les coups de 16 heures, le RCT en saura plus sur son avenir européen, objectif affiché des joueurs. "On veut prétendre au titre dans les deux compétitions auxquelles l’équipe prend part. Nous savons que la saison sera longue, mais on veut aller le plus loin possible et on sait que ça se joue dès à présent, glisse Emerick Setiano, revenu en grande forme du Mondial. On ne peut pas affirmer qu’on gagnera quoi que ce soit, mais au regard du groupe complet que nous avons et de nos ambitions, on espère vraiment décrocher un trophée. Pour nous, il est inconcevable de travailler aussi fort pour ne pas être dans les six en Top 14 et pour ne pas aller loin en Challenge Cup. "

100 % en mêlée en Challenge Cup

Et si le Top 14 a rouvert ses portes l’espace d’un week-end, à Pau, c’est bien le défi européen qui a la part belle, depuis la mi-novembre. Ainsi, après leur victoire bonifiée en ouverture à Bayonne (13-20) et le succès arraché à la dernière seconde contre les Scarlets (17-16), les Toulonnais ont démarré leur campagne continentale de la meilleure des manières. Il n’est donc pas question de baisser pavillon, à l’heure de recevoir les London Irish, deuxièmes de la poule 2. "On sait que c’est un adversaire direct, avec de la qualité à toutes les lignes, poursuit le solide droitier. Maintenant, nous sommes également compétitifs et ce sera à nous de trouver les arguments pour continuer notre sans-faute en Challenge Cup ". Les arguments ? Une conquête offensive quasi imprenable (le RCT reste sur un 14 sur 14 en mêlée en Challenge Cup et un 4 sur 5 contre la Section paloise) et défensive très solide (sept touches et quatre mêlées récupérées contre Pau).

Autre point fort, la "force mentale" du groupe, capable d’arracher des succès dans les dernières minutes, et qui reste sur cinq matchs consécutifs sans revers. Samedi, le RCT devrait en plus pouvoir compter sur le retour du soleil, pour le plus grand plaisir d’une ligne de trois-quarts qui doit s’adapter à des conditions dantesques depuis trois rencontres. Vous dîtes que tout est réuni pour voir le RCT s’envoler en coupe d’Europe ? Peut-être, toujours est-il qu’après une semaine mouvementée sur la rade, c’est comme toujours le terrain qui reprendra ses droits, samedi à 14 heures, pour le plus grand plaisir d’un stade Mayol impatient de rugir à nouveau pour une équipe qui est en train de retrouver la marche avant.

Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir