La trajectoire linéaire des Vannetais

  • La trajectoire linéaire
    La trajectoire linéaire Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

La récente victoire à Valence-Romans ouvre au RCV la possibilité de signer enfin une série.  condition d’éviter le piège tendu ce soir par Soyaux-Angoulême.

 bien y regarder, et presque, à mi-chemin de la saison, le parcours du RC Vannes depuis le début du championnat est peu ou prou fidèle à celui qui a été le sien la saison dernière à quelques nuances près. Après douze journées de compétition, le RCV, dixième (saison 2018-2019), est dans la mouvance du précédent exercice. Il a glissé à la douzième place mais avec un point de plus (27 contre 26). Son actuelle marque de fabrique tient d’abord à son invincibilité à domicile, alors que la saison dernière, Brive (5e journée) et Montauban (12e journée) étaient venus vaincre à la Rabine.

Autre critère d’appréciation, celui que le RCV qui, la saison dernière avait accumulé plusieurs points de bonus défensif, a "mangé la soupe" à Carcassonne, Nevers et Perpignan. Cette fragilité aurait-elle trouvé une fin à Valence-Romans ? Pourquoi ne pas y croire. "Il ne faut pas oublier que l’équipe a subi des modifications à l’intersaison et qu’il lui fallait trouver certains automatismes", observe Jérémie Abiven le troisième ligne pour expliquer en partie ces atermoiements.

Bilan négatif hors Bretagne

Pour autant, et, à aucun moment, l’inquiétude a gagné les rangs du RCV. "C’est quelque chose qui ne nous est même jamais venu à l’esprit, même si l’on peut qualifier notre début de saison catastrophique à l’extérieur. Nous étions dans le travail à rechercher un niveau de performance", ajoute ce dernier. Ce niveau de performance, les Vannetais l’ont pourtant vite trouvé contre Oyonnax, contre Grenoble et dernièrement face à Colomiers… parce qu’il y avait aussi une obligation de résultat et une lutte contre une pression parfois difficile à gérer et à supporter. La venue de Soyaux ce soir doit se traduire dans l’esprit des joueurs par une victoire. "Nous nous sommes préparés pour cela", conclut le troisième ligne vannetais.

Pour Jules Le Bail, capitaine et demi de mêlée, "la victoire à Valence-Romans est venue au bon moment. Maintenant, il faut enchaîner et confirmer contre Soyaux-Angoulême. Mais on sait que ce n’est jamais facile face à cette formation. Une équipe accrocheuse, qui sait aussi comment gagner les matches à l’extérieur". À ses yeux, le RCV doit s’ancrer dans cette nouvelle dynamique. "Nous attendions depuis longtemps ce succès, que nous aurions pu décrocher à Biarritz et à Montauban." N’oublions pas que c’est à l’aube du dernier printemps que le potentiel vannetais s’est réellement exprimé. Et si l’histoire n’était qu’un éternel recommencement !

Didier Le Pallec
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?