Demi d'ouverture : Jalibert en 10, Ntamack en 12

  • Matthieu Jalibert (Bordeaux) contre le Racing serait pressenti pour devenir le nouveau numéro 10 du XV de France
    Matthieu Jalibert (Bordeaux) contre le Racing serait pressenti pour devenir le nouveau numéro 10 du XV de France Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Alors que le Toulousain Romain Ntamack s’est imposé au poste d’ouvreur lors de la dernière Coupe du monde, la montée en puissance de Matthieu Jalibert pourrait redistribuer les cartes.

Fabien Galthié va-t-il réussir là où ses prédécesseurs ont échoué ? En effet, aucun sélectionneur du XV de France n’est parvenu à maintenir un demi d’ouverture pendant tout un mandat. Les blessures ne sont pas étrangères à ce phénomène mais elles n’expliquent pas à elles seules cette maladie bien française de changer d’ouvreur à chaque défaite, à espérer continuellement que le prochain arrive en messie. Jacques Brunel voulait installer le Bordelais Matthieu Jalibert. Ce dernier s’est blessé dès son premier match, ce qui a conduit le sélectionneur a confié le numéro dix à Romain Ntamack lors de la dernière Coupe du monde. Cela avait alors conduit à un autre débat, tout aussi éternel en France, puisque le Toulousain est considéré comme un premier centre dans son club (seulement quatre titularisations à l’ouverture la saison dernière). Il a d’ailleurs repris son numéro douze avec bonheur depuis son retour à Toulouse.

Fabien Galthié va-t-il mettre fin à cette fantaisie du rugby français ? En tout cas, le nouveau boss des Bleus doit aussi prendre en compte la montée en puissance du Girondin Matthieu Jalibert, qui semble en avoir fini avec les blessures. Le Bordelais qui n’a que 21 ans, marche sur l’eau ces dernières semaines. Son retour en équipe de France ne fait aucun doute. Cela implique un nouveau changement d’ouvreur alors que Romain Ntamack vient juste de s’y imposer. L’idée d’essayer Matthieu Jalibert au poste d’arrière a donc été envisagée, mais elle ne devrait finalement pas être retenue. En effet, le joueur de l’UBB n’a quasiment jamais évolué à ce poste (deux titularisations en 2017 alors qu’il effectuait ses premiers matchs avec les professionnels). Surtout, Christophe Urios, le nouveau manager de l’Union Bordeaux-Bègles ne compte pas changer ses plans alors que son équipe réalise un superbe début de saison avec Matthieu Jalibert à la baguette. Ce sera donc à l’équipe de France à s’adapter en acceptant la solution la plus simple : faire jouer ses talents aux postes qu’ils occupent avec leurs clubs respectifs. Romain Ntamack, qui avait connu sa première sélection en numéro douze avant de n’y faire que deux bouts de matchs depuis (en douze sélections). Ce dernier n’a jamais caché qu’il n’avait aucune préférence entre les deux postes donc il ne devrait pas être réticent à laisser le poste d’ouvreur à Matthieu Jalibert.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir