• Alaska Taufa (Grenoble)
    Alaska Taufa (Grenoble) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Grenoble fait le métier

Sérieux, les Isérois se sont appliqués à assurer très vite le bonus offensif pour faire tourner leurs cadres en vue du déplacement à Biarritz ce jeudi.

Faut-il y voir l’horaire plus tardif qu’à l’accoutumée, la température plutôt fraîche, les bouchons monstres qui avaient cadenassé l’accès à la capitale des Alpes où, comme nous le souffla un plaisantin, le fait que certains se soient trompés d’enceinte, en allant à la patinoire Pole Sud où se déroulent les traditionnels affrontements entre Brûleurs de loups et Dragons ? Toujours est-il que le Stade des Alpes sonnait quelque peu creux ce vendredi et qu’on ne pourra que donner tort aux absents, qui ont manqué là une jolie prestation de la part de leurs protégés. Alors, entendons-nous bien : non, cette équipe de Rouen, qui avait traversé en bus une France en grève et procédé à un légitime turnover en vue de ses prochaines échéances contre Vannes et Aix, n’avait rien d’une foudre de guerre. Reste que les belles intentions de jeu affichées par les Grenoblois ne devaient rien à personne, ce qui pouvait permettre de les apprécier. "Dans ce genre de match, on sait avant le coup d’envoi que si on est rigoureux dans l’engagement et la discipline, la gagne est dans l’ordre des choses, relativisait l’ailier Lucas Dupont, auteur d’un doublé. On n’y est pas toujours arrivé par le passé, et c’est globalement bien d’y être parvenu. Même si on a été à la limite de tomber dans le hourra-rugby à plusieurs reprises, on n’a jamais basculé dans le n’importe quoi. " "Ce qui est positif, c’est d’avoir pris les cinq points sans se faire peur, avec notamment une première mi-temps très sérieuse, prolongeait le troisième ligne Fabien Alexandre. Après, si on veut être un peu critique, on réalise 25 dernières minutes très moyennes. "

Sept changements à la 50e

Il est vrai qu’avec un seul essai inscrit dans les 30 dernières minutes, les Isérois n’ont pas réussi à faire gonfler une marque qui aurait également pu être beaucoup plus importante sans un certain déchet dans les tirs au but. Mais il faut dire à leur décharge que les Alpins ont dû faire face à une initiative peu courante de leur staff, qui décida de procéder d’un bloc à sept remplacements à la 50e, soit la moitié entière de l’équipe. Pas l’idéal, on l’avouera, pour s’inscrire dans la continuité… "À la mi-temps, les coachs nous ont dit qu’ils voulaient voir un maximum de monde, expliquait Fabien Alexandre. C’était donc plus ou moins programmé… Mais on n’a pas réussi à rester aussi précis après cette vague de coaching, notamment sur les phases statiques où on égare quelques ballons, que ce soit en touche ou en mêlée. Cela nous montre qu’on doit encore travailler pour être performant pendant 80 minutes. " Propos corroborés par Dupont. "Après ce match, il ne faut surtout pas fanfaronner, d’autant moins que se profile dans six jours un déplacement à Biarritz qui ne sera pas de la même veine. " Reste qu’en sortant très vite les Fourcade, Kubriashvili, Capelli, Setephano, Selponi et autres Taufa, Stéphane Glas et son staff ont permis à leurs cadres d’économiser un peu d’énergie dans cette perspective. De quoi largement relativiser les quelques relatifs regrets des dernières minutes…

Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir