Thérapie pour pack lyonnais

  • Mickael Ivaldi (Lyon) contre Trévise
    Mickael Ivaldi (Lyon) contre Trévise Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Critiqués ces dernières semaines, les avants lyonnais sont enfin parvenus à inscrire l’essai du bonus en fin de match. Celui d’un déclic ?

C’est un fait de match qui aurait pu passer inaperçu au vu du résultat final, et qui pourtant constituait un instantané saisissant de la réalité lyonnaise du moment. Celui de voir les Rhodaniens, toujours en quête du bonus offensif à un quart d’heure de la fin, choisir de tenter une pénalité sous les poteaux italiens, alors que le deuxième ligne adverse Ruzza venait tout juste d’être sanctionné d’un carton jaune. À cet instant du match en effet, alors que la rencontre était gagnée depuis longtemps, le choix de la mêlée en supériorité numérique pour inscrire enfin le quatrième essai semblait s’imposer de lui-même. Et pourtant, les Lyonnais se contentèrent des trois points, provoquant même les sifflets d’une partie de leur public devant ce choix "petit bras ". Pourquoi ? "Ce ne sont pas les points de bonus offensifs qui vont faire une différence pour nous dans cette compétition, expliquait l’arrière Buttin. Nos leaders ont pris cette décision parce que nous n’avions pas marqué depuis près de quarante minutes, et qu’il était important de faire tourner le score. D’ailleurs, à la fin, nous parvenons malgré tout à aller chercher ce quatrième essai. "

Mignoni : "Une grosse remise en question chez nos avants "

L’histoire est toujours écrite par les gagnants, c’est certain… Reste qu’on peut apporter une autre lecture à ce drôle de choix, qui relèverait plutôt du manque de confiance du pack lyonnais à cet instant de la saison… Incapables de marquer face au Leinster voilà deux semaines, blackboulés à Montpellier six jours plus tôt, les Rhodaniens n’étaient en effet à cet instant du match pas encore parvenus à concrétiser face à Trévise. Le talonneur Maurouard s’était même vu pénaliser à l’instant d’inscrire un essai derrière un maul trop court de quelques centimètres, tandis qu’une série de mêlées à cinq mètres préalable s’était soldée par un coup-franc à l’encontre de Chiocci. "L’arbitre nous sanctionne au total à quatre reprises en mêlée alors qu’il me semble que nous étions plutôt dominateurs, rappelait Pierre Mignoni. Il faudra revoir ça à froid pour bien l’analyser."

De quoi céder au doute ? Heureusement pas. Parce que la mêlée renversa son homologue à plusieurs reprises en début de match, d’abord. Et surtout parce qu’à la 75e, les avants lyonnais parvinrent enfin à se payer de leurs efforts, par l’intermédiaire de Liam Gill. Un essai sur ballon porté pas franchement des plus fluides, mais essentiel pour le moral des troupes. "C’est important pour nos avants, convenait Mignoni. Il y a une grosse remise en question chez nos avants en ce moment, ils travaillent très dur pour arriver toujours mieux préparés sur le terrain. Les voir concrétiser leur travail ça fait plaisir, même s’il en reste encore beaucoup. " D’autant plus qu’avec quatre déplacements lors des cinq prochaines rencontres au cœur de l’hiver, le Lou aura plus que jamais besoin de retrouver un pack conquérant s’il souhaite réenclencher une bonne dynamique.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir