Biarritz - Grenoble : Noël avant l’heure ?

  • Adam Knight et Fabien Alexandre, un duel de troisième ligne aux mêmes capacités athlétiques.
    Adam Knight et Fabien Alexandre, un duel de troisième ligne aux mêmes capacités athlétiques. JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport
  • Noël avant l’heure ?
    Noël avant l’heure ? Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le Biarritz olympique, qui reçoit Grenoble pour son dernier match de l’année à domicile, se prépare à un gros défi face à un prétendant à la remontée.

Les enjeux Biarritz peut confirmer, Grenoble se détacher

Tombé les armes à la main la semaine dernière à Aimé-Giral, le BO a montré qu’il était capable de rivaliser face aux grosses cylindrées de ce Pro D2. Maintenant, les coéquipiers d’Adam Knight devront à tout prix confirmer jeudi, face à leur public, pour montrer qu’ils seront de sérieux candidats aux phases finales dans six mois. Les Grenoblois, déjà vainqueurs de Rouen la semaine dernière, frapperaient un grand coup en cas de succès à Aguilera. En effet, avec une victoire face à Biarritz, ils seraient presque assurés de terminer la phase aller dans le top 2 du championnat.

Le duel Adam Knight face à Fabien Alexandre

Un beau duel de troisième ligne devrait avoir lieu ce soir, entre Adam Knight et Fabien Alexandre. Les deux garçons, capables de jouer numéro 7 ou 8, ont des capacités athlétiques similaires. Ils sont coureurs, et souvent à la pointe du combat. Avec les conditions dantesques qui s’annoncent sur Aguilera, les deux guerriers auront un rôle majeur à jouer dans la bataille des rucks.

La clé La discipline, face à l’intensité proposée

En une semaine, le BO affronte deux anciens pensionnaires de Top 14, Perpignan et Grenoble. La semaine dernière, en terres catalanes, les Rouge et Blanc se sont livrés à un gros combat. "C’est l’un de mes premiers matchs depuis trois ans que je joue en Pro D2 où ça tape aussi fort, expliquait d’ailleurs Pierre Bernard après la rencontre. Il y avait un haut niveau d’intensité et quand ça tape fort, ça fait forcément faire des erreurs de choix d’exécution." Ces erreurs ont coûté cher aux Rouge et Blanc, qui ont évolué pendant vingt minutes à quatorze. Ce soir, contre Grenoble, la maîtrise sera fondamentale pour que Biarritz ne se tire pas une épine dans le pied, en jouant en infériorité.

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir