La Rochelle : la délivrance !

  • Comme la semaine passée à La Rochelle, Kévin Gourdon a une nouvelle fois été très en vue. Photo Icon Sport
    Comme la semaine passée à La Rochelle, Kévin Gourdon a une nouvelle fois été très en vue. Photo Icon Sport Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

(7-12) Dans la nuit de Glasgow, les Rochelais ont décroché, au courage, leur première victoire cette saison en Champions Cup. Un soulagement…

Délivrance est sans doute le terme qui convient le mieux pour décrire cette première victoire des Rochelais dans cette Champions Cup 2019-2020. À regarder les coéquipiers d’un Kevin Gourdon, capitaine et en forme internationale, au coup de sifflet final, ce terme ne peut pas mieux convenir. 12 à 7, deux essais à un, un succès décroché après une dernière longue séquence défensive, du courage, de la pugnacité et enfin les Rochelais sont sortis vainqueurs dans cette grande Coupe d’Europe. Franchement, quel plaisir de voir les Maritimes lever enfin les bras au ciel au moment où l’arbitre anglais, Wayne Barnes, sifflait la fin du match. Une rencontre qui a bien failli, une nouvelle fois, échapper aux joueurs de Jono Gibbes. Alors que le score n’évoluait plus depuis la mi-temps (7-12), les Écossais poussaient pour forcer leur destin et, après une énième très longue séquence, réussissaient à marquer grâce au deuxième ligne Cummings. Les supporters écossais, chambreurs tout au long de la partie, étaient soulagés. Pas pour longtemps. L’arbitre faisait appel à la vidéo et sanctionnait logiquement Matt Fagerson d’un carton rouge pour une percussion coude en avant dans la glotte de Dany Priso. Ouf !

 

Les jeunes ? Qui s’y frotte s’y pique

Malgré une dernière possession des Warriors, les Rochelais ne lâchaient pas et s’offraient une victoire plus que précieuse. Pour la qualification ? Non, cette dernière est pratiquement impossible. Pour la suite de la saison ? Plus que capitale pour le Stade rochelais, qui se cherche un match référence depuis la fin août et qui l’a peut-être trouvé. Cette semaine, l’entraîneur irlandais Ronan O’Gara s’était montré passablement énervé par la situation du moment. "Nous sommes en Champions Cup. C’est un peu le dilemme pour La Rochelle. C’est fini les petits clubs. Si on prend tous conscience de cela, c’est peut-être la première étape pour être plus prêts pour le combat. […] Soit tu es sur le bateau, soit tu dégages !" Samedi soir, il a terminé le match au bord du terrain, au plus près de ses hommes, qui le lui ont bien rendu.

Boudehent, Lavault, Favre, Plessis-Couillaud puis Leroux, Lebrun, Berjon… Sur la feuille de match, le staff avait décidé de faire largement tourner en vue du choc face à Bordeaux-Bègles dans une semaine. Mais à la grande surprise de tous (peut-être pas), les nombreux jeunes concernés et appelés ont répondu présents. Dans les grandes largeurs. Paul Boudehent a terminé la rencontre meilleur plaqueur (20), Thomas Lavault s’est démené dans les rucks et au combat comme l’ailier Jules Favre et le centre Brieuc Plessis-Couillaud, même s’il faut rajouter à ce dernier sa magnifique vision du jeu pour un caviar de ballon sur l’essai de Favre. Bref, on en viendrait presque à oublier un Mathieu Tanguy qui accumule les matchs depuis quelques années et qui, ce samedi soir à Glasgow, s’est positionné en vrai patron d’un cinq de devant amputé par l’absence du capitaine Romain Sazy.

Avec une jeunesse florissante et surprenante, le staff devra désormais faire des choix. En pleine conscience. Car il faut bien reconnaître que ce mariage entre jeunesse et expérience (Botia, Gourdon, Murimurivalu, James) avait de la gueule au Scotstoun Stadium. L’UBB est prévenue.

Paul Arnould
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir