Carcassonne - Soyaux Angoulême : dos à dos

  • Pro D2 - Joël Koffi (Carcassonne)
    Pro D2 - Joël Koffi (Carcassonne) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Carcassonne a frisé la correctionnelle. La botte de Gilles Bosch lui a  permis  d’arracher le partage des points.

L’ultime rencontre de l’année civile, avait un parfum de match éliminatoire. Le vainqueur se voyait proposer la sixième place, celle du dernier qualifiable pour les barrages. Pour Carcassonne, ce match avait mal débuté puisque moins d’une heure avant le coup d’envoi, le capitaine et pilier gauche, « Dede » Ursache a déclaré forfait suite à une lésion aux adducteurs. Un forfait qui a entraîné la titularisation de Denis Coulson. Avant la rencontre, la pluie s’est invitée au débat, ce qui a compliqué un peu plus, les plans carcassonnais. Après un long round d’observation c’est le visiteur charentais qui a tiré les premiers par son artificier, Dorian Jones (3-0). Dans ce débat ponctué par un faux rythme, Soyaux Angoulême s’est parfaitement adapté aux conditions climatiques. Dans les rucks, son pack a été supérieur. Sur les séquences de ballons portés, il a mis en difficultés son homologue audois. Contraint à la faute, Carcassonne a été automatiquement sanctionné par le pied de Dorian Jones lequel a offert à cinq minutes de la pause un très flatteur (12-3). Carcassonne a eu un sursaut à deux minutes du terme par une pénalité de Gilles Bosch, réduisant la sévérité du tableau d’affichage (12-6). Mais avant de retourner aux vestiaires, l’USC a été frappé par un nouveau coup dur, la blessure de son talonneur, Thomas Sauveterre compliquant un peu plus les plans audois pour ce second acte.

A la reprise, Dorian Jones a conforté le capital de Soyaux par une nouvelle pénalité (15-6). Contraint alors de recoller au score, Carcassonne a puisé au fond de ses ressources pour revenir à la hauteur de son adversaire et au score. En l’espace de dix minutes, Gilles Bosch a annulé le déficit de sa formation. A l’heure de jeu, le score était de parité (15-15) donnant ainsi un piment supplémentaire à cette fin de rencontre. Dans le « money time », Jones et Bosch ont entretenu le score de parité (18-18). Au final, les deux formations se sont quittés dos à dos. Un score qui arrange les affaires de Carcassonne.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir