Des "42" dans l’attente

  • Fabien Galthié et Raphaël Ibanez. Photo M. O. - D. P.
    Fabien Galthié et Raphaël Ibanez. Photo M. O. - D. P.
Publié le / Mis à jour le

Alors qu’un accord semblait proche en milieu de semaine dernière, les différents partis sont revenus à la table des négociations ce lundi. En l’état, Galthié n’a toujours pas à disposition les 42 joueurs...

Les bonnes volontés, autoproclamées chez toutes les parties qui se mêlent aux actuelles négociations autour de la future liste du XV de France, ne suffisent pas pour l’instant. Mercredi dernier, pourtant, un accord semblait imminent entre les clubs professionnels et la Fédération française de rugby, qui défend les intérêts du XV de France : faute d’entente autour d’un montant d’indemnités brutes, payées par la FFR aux clubs pour étendre à 42 éléments la liste des joueurs qui prépareront le prochain Tournoi des 6 Nations (contre 31 joueurs comme le prévoit l’actuelle convention FFR-LNR), un montage compensatoire avait été trouvé, incluant des jours de congé décomptés pour les joueurs retenus en Bleu, mais non-utilisés en match.

De quoi contenter tout le monde ? "Tout va dans le bon sens et un arrangement va être trouvé rapidement pour la nouvelle demande" jurait le président de Bordeaux Laurent Marti, sur le site de RMC sports. Il justifiait, au passage, l’effort que devraient alors consentir les joueurs, grands perdants de cet accord et qui perdaient alors des jours de congé. "Ça me semble constructif pour l’équipe de France et donc pour le rugby français. Il faut que les joueurs fassent aussi des efforts. Lorsqu’ils deviennent internationaux, ils doublent ou ils triplent leurs salaires dans les clubs, ils récupèrent souvent des contrats d’image. Il faut que toutes les parties fassent un effort, les joueurs y compris." Reste que cet accord, qui devait encore passer le cap de la commission paritaire où siègent les différents syndicats (UPCR, Tech XV, Provale), n’a toujours pas été officialisé. Selon nos informations, les négociations étaient même dans une nouvelle impasse en fin de semaine dernière.

Une urgence sportive

Plusieurs pistes expliquent ce nouveau contretemps. Du côté de Provale, tout d’abord, qui soumettrait son accord concernant la perte des jours de congé à l’assurance, en contrepartie, que les joueurs puissent bénéficier d’une semaine de vacances s’ils sont utilisés en club (lorsque les Bleus les relâchent). Entre la LNR et la FFR, ensuite, autour de la méthode de calcul pour estimer le montant des économies effectuées, en cumulant les jours de congé. Des détails techniques, certes, mais qui conduisent pour l’instant tous les acteurs dans une impasse. "Il reste effectivement des points de détail à régler mais ils sont importants et concernent plusieurs aspects des discussions. En l’état, parler d’un accord imminent est très prématuré. Les négociations vont reprendre ce lundi" confiait, en fin de semaine, un président du Top 14.

L’accord, s’il intervient, devra donc attendre encore un peu. Il y a pourtant une urgence sportive. Promise d’abord pour le 12 décembre puis le 18 décembre, la liste des 42 joueurs est aujourd’hui reportée au 8 janvier. Sans certitude de voir le jour, elle bloque l’équipe de France, dans sa projection vers le Tournoi. Elle bloque également les clubs dans l’attente de connaître le nombre de leurs joueurs concernés et, un peu plus loin, les négociations pour les recrutements et prolongations de la saison prochaine. La liste des 42 doit effectivement servir de base à l’établissement du salary cap 2020-2021.

Léo FAURE (avec E.M.)
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir