• Romain Bézian et ses coéquipiers se sont extirpés de ce match grâce notamment à la conquête. Photo La Dépêche du Midi - Xavier de Fenoyl
    Romain Bézian et ses coéquipiers se sont extirpés de ce match grâce notamment à la conquête. Photo La Dépêche du Midi - Xavier de Fenoyl
Publié le / Modifié le
Pro D2

La force tranquille

Colomiers Dans le sillage d’un huit de devant conquérant, les Haut-Garonnais ont réussi à se sortir une belle épine du pied, faisant preuve une nouvelle fois d’une sérénité à toute épreuve.

L’éloge de la patience. Non ce n’est certainement pas le nom du nouveau best-seller que vous trouverez au pied du sapin. Mais du côté de Colomiers, c’est en train de devenir une sacrée recette, une nouvelle marque de fabrique à vrai dire qu’incarnent pleinement Aurélien Béco et ses coéquipiers. "Une ligne de conduite" comme le dit lui-même le capitaine, que l’on retrouve dans les vertus et valeurs ô combien cardinales de la conquête. Depuis le début de saison, et dans la lignée de certaines prestations de l’exercice précédent, il va peu dire que la mêlée de Colomiers se porte comme un charme. Et preuve que tout va bien pour les Columérins, la touche a même rayonné dimanche.

Donner du plaisir et en prendre

Concernant la mêlée, ce n’est pas Beka Sheklashvili qui dira le contraire. Avec ses partenaires titulaires de première ligne Thomas Dubois et Gaëtan Barlot, le droitier géorgien a une nouvelle fois sorti une prestation trois étoiles symbolisée par un essai de pénalité accordé par M. Gasnier. "On travaille de mieux en mieux, c’est certain. Je suis content, collectivement voir un essai de pénalité c’est une belle satisfaction", soulignait Sheklashvili avant de partir célébrer ce succès par une phrase pleine de sens : "Nous voulons donner du plaisir." Prendre du plaisir et ne surtout pas "prendre le melon". Aurélien Béco, lucide, sait ce qui attend encore ses hommes. "Ce qui nous arrive, être quatrième, c’est flatteur au vu de notre saison dernière. Je pense qu’on a essayé de bâtir et de reconstruire dessus. C’est une juste récompense du travail. Mais attention, on peut très vite redescendre même si je ne crois pas que ce soit l’état d’esprit de ce groupe. Là, à l’image de notre conquête, nous avons une base de travail. Il faudra que ce soit pareil en 2020. On devra se le prouver quand ça ira moins bien, quand il y aura des passages à vide, des matchs un peu moins aboutis… Si on garde l’état d’esprit et la confiance, on arrivera à s’accrocher et à maintenir un rugby intéressant. Il ne faut juste pas s’emballer, j’en ai connu des saisons où nous n’avions pas de régularité sur l’intégralité du championnat…" Certes, mais à l’image de ses remplaçants, affamés comme la première ligne rentrante, de l’homogénéité et de l’émulation semblent se dégager de ce groupe. Une force tranquille qui ne s’affole pas, et avance.

Enzo DIAZ
Voir les commentaires
Réagir