Toulon : la droite forte

  • Beka Gigashvili (Toulon)
    Beka Gigashvili (Toulon) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Marcel Van der Merwe out plusieurs semaines (cheville), les supporters s’inquiétaient quant à la santé de leur mêlée. Mais le retour d’Emerick Setiano, combiné à l’explosion de Beka Gigashvili laissent finalement entrevoir des jours très positifs. 

Le ciel semblait tomber sur la tête des quelques supporters du  RCT présents au stade Jacques-Roux de LaValette, quand Marcel Van der Merwe s’est effondré de son mètre quatre-vingt-huit, le 18 novembre, alors que Toulon préparait la réception des Scarlets. Emerick Setiano et Beka Gigashvili à peine revenus du Mondial, Wilco Louw - « joker Coupe du monde » - en instance de départ et chacun y allait de son pari, craignant le pire pour la mêlée varoise. Et finalement ?

En l’absence de son marathonien (79 matchs disputés depuis son arrivée, à l’intersaison 2016) la mêlée a su garder sa constance. Elle n’a même jamais semblé aussi souveraine que depuis le retour de ses mondialistes. « On se sent bien, nous travaillons beaucoup et tout ce qu’on cherche à installer en mêlée fermée se met en place, nous confiait en ce sens l’international tricolore (23 ans, 6 sélections), Emerick Setiano. En ce qui me concerne, il était important de revenir vite et - surtout - bien du Mondial. Je dois bien ça au club, qui a dû composer sans Beka et moi tout au long de la Coupe du monde. Alors, même si nous connaissions tous le contrat, il me tenait à cœur d’être rapidement compétitif. »

Une mêlée performante

Et c’est peu de dire que les deux mondialistes ont apporté des solutions au staff : le RCT n’a plus perdu depuis sept rencontres et les deux droitiers demeurent invaincus depuis leur retour sur la rade. Mieux, lors des cinq derniers matchs, Toulon a conservé trente-deux de ses trente-cinq introductions en mêlée. « C’est dommage pour Marcel mais son absence a eu l’avantage de nous remettre directement dans le bain. Seb est précieux de par sa polyvalence et Beka apporte énormément. Il est « nouveau » mais s’est immédiatement intégré. C’est un excellent joueur, fort en mêlée fermée mais également dans le jeu courant. De plus, c’est un bon mec. Entre nous, il y a de l’émulation. »

Ainsi, que le droitier soit Setiano, Gigashvili ou « petit Tao », la mêlée n’y perd plus au change et aura à cœur de réitérer une nouvelle performance trois étoiles, face à son meilleur « ennemi ».

Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir