Un groupe de caractère

  • Au terme d’un match très fermé, les Vannetais de Wandrille Picault sont venus à bout de valeureux Biterrois. Photo Bruno Perrel
    Au terme d’un match très fermé, les Vannetais de Wandrille Picault sont venus à bout de valeureux Biterrois. Photo Bruno Perrel
Publié le / Mis à jour le

Vannes Après la terrible déception à Rouen, le RCV, non sans mal, a remis en quelque sorte les pendules à l’heure, vendredi contre Béziers.

Les signes avant-coureurs avaient déjà été perçus dernièrement contre Soyaux-Angoulême. Le RC Vannes à la peine avait, non sans souffrir, réussi à s’imposer à l’arraché. Vendredi, ces signes d’absence de carburant suffisant dans les moteurs, ont été plus qu’évidents : les joueurs ont besoin d’un repos salvateur. "Ce match a été très difficile face à une équipe de Béziers très athlétique qui n’a eu cesse de ralentir tous nos ballons. De fait nous n’avons jamais eu la possibilité de mettre de la vitesse au jeu. Cela fait un mois que nous manquons de réactivité, de vivacité" confiait l’entraîneur vannetais Jean-Noël Spitzer. Tout simplement parce que les organismes ne répondent plus.

Quatre points, et c’est tout !

Derrière l’ensemble de ces petites choses qui font qu’un match se gagne (ou se perd), le RC Vannes a surtout montré du caractère. " Il ne fallait surtout pas que l’on soit mené au score. Ce que nous avons réussi à tenir en première période pour être ensuite plus souvent dans leur partie de terrain ensuite" notait encore ce dernier sans oublier de noter que le bilan de huit matches à l’extérieur, sept à domicile a été difficile à gérer. Compte tenu de son éloignement géographique le RCV paye également au prix fort le fait de "n’avoir actuellement aucun stade fixe d’entraînement" en raison des conditions climatiques désastreuses actuellement dans tout le grand Ouest. "Depuis le match à Montauban (le 18 octobre), nous ne nous sommes entraînés que six fois sur notre pelouse. Ça, plus la pluie, plus la lassitude mentale… Heureusement les joueurs ont été professionnels ce soir. Ils n’ont pas été bons, mais se sont engagés avec le peu d’énergie qui leur restait. Et nous remportons ce match, parce que nous avons bien défendu" commentait encore le taulier vannetais.

Pour le capitaine vannetais, Jules Le Bail "il fallait gagner ce match. C’est fait. Et ce n’est pas simple de gagner ce genre de match ! Tout n’a pas été bon ; il y a beaucoup de choses à corriger sur ce match à cause de la fatigue du reste. Maintenant, il est temps de faire une pause. Nous avons tous besoin de repos."

Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir