• En ce début de saison, les Carcassonnais alternent le très bon, comme ici lors de leur victoire face au tenant du titre Saint-Estève-XIII catalan, et le mauvais, comme la détaite à domicile contre Albi ce week-end. Photo Michel Clementz
    En ce début de saison, les Carcassonnais alternent le très bon, comme ici lors de leur victoire face au tenant du titre Saint-Estève-XIII catalan, et le mauvais, comme la détaite à domicile contre Albi ce week-end. Photo Michel Clementz
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Un octogénaire bien portant

Carcassonne - élite 1 en 2020, le club le plus titré de la discipline célèbrera ses 80 ans. Après avoir retrouvé une assise financière, les ambitions sportives sont là, malgré des résultats irréguliers.

Elle est désormais oubliée cette fameuse saison 2017-2018 où Carcassonne XIII eut à faire à un drôle d’adversaire. Pas un vêtu de maillot et chaussé de crampons mais plutôt d’ordre financier. Lequel a sérieusement plombé le moral de la structure. Mis en dépôt de bilan, le club est reparti sous une nouvelle appellation, l’ASC devenant Carcassonne XIII, avec à sa tête un nouveau trio présidentiel : Francis Camel, Christian Valéro et Joel Berger. Ces derniers ont assaini les finances et apporté un nouveau projet sportif. Et 2018-2019 fut l’année du renouveau et le célèbre maillot jaune a retrouvé des couleurs. Fort d’une première place au terme de la phase de classement, Carcassonne a marqué la précédente saison par le gain de la Coupe de France (la quatorzième depuis 1946) aux dépens de Saint-Estève-XIII catalan. Trois semaines après ce sacre, on attendait un douzième trophée Max-Rousié au pied de la célèbre cité. Mais à Albi, les Audois, après avoir parfaitement maîtrisé la première période face à la réserve des Dragons catalans (22-4 à la pause), l’équipe de Patrick Albérola et Frédéric Camel est étrangement sortie de sa rencontre en seconde période. Absents sur le plan défensif et en manque d’arguments offensifs, les hommes de Bastien Escamilla ont laissé le bouclier aux jeunes catalans (défaite 34-22).

L’effort sur la formation

à l’entame de cet exercice 2019-2020, l’ambition anime le club le plus titré de l’Hexagone "Nous sommes dans le dynamisme de la saison passée, précise le coprésident Francis Camel. Nous avons conservé le groupe de la saison précédente. Au niveau des cadres, il n’y pas eu de changement. On maintient notre effort sur la formation. Nous constatons une augmentation des licenciés dans toutes les catégories jeunes. La formation est pour nous une question de survie. Samedi soir, face à Albi, nous avions quatorze joueurs formés au club sur la feuille de match. Les résultats de la saison passée nous ont aussi permis d’accroître le nombre de nos abonnés et d’élargir notre partenariat. Nous avons donc de bonnes raisons d’être optimistes."

En revanche, le volet sportif n’est pas en conformité avec les objectifs de début de saison. Le dernier vainqueur de la Coupe obtient pour l’heure des résultats irréguliers. Il y a une semaine, les Carcassonnais ont pris leur revanche face au champion de France (38-30). Cependant, lors des deux dernières prestations à domicile, ils se sont respectivement inclinés face à Limoux (18-24) et Albi (12-15). Un revers qui n’entame pas le moral du président Camel : "Face à Albi, nous avons aligné une équipe jeune et remaniée et nous avons manqué le coche. Ce match, nous aurions pu tout aussi bien le remporter. Je ne fais pas de soucis. Les cadres vont bientôt rentrer. L’année passée, nous étions dans le même cas de figure. Le but, c’est d’être en forme au printemps." Après tout, rien ne sert de courir, il suffit de partir à point : c’est aussi la devise de Carcassonne.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir