Bustos Moyano

  • Accession Top 14 - Bustos Moyano (Bayonne) lors de la montée face à Brive
    Accession Top 14 - Bustos Moyano (Bayonne) lors de la montée face à Brive Icon Sport
Publié le , mis à jour

La montée et puis s’en va

​​​C’est le prix du professionnalisme. En finale du Pro D2, Bayonne bat Brive sur le fil (21-19). La pénalité décisive est réussie après la sirène par Martin Bustos Moyano, joueur international argentin de 33 ans. Particularité: promis au départ depuis trois mois, un temps au placard, il est revenu en grâce par le jeu des blessures.

Son cas est un concentré des bons et des mauvais côtés du professionnalisme. Il aura fait son boulot jusqu’au bout, mais son sort était scellé sans espoir de retour, malgré ses six ans passés à l’Aviron. Moyano avait une clause de reconduction automatique de son contrat au-delà de quinze matchs joués. Le président Philippe Tayeb la jugeait intenable, il avait mis le joueur à l’écart en cours de saison pour éviter d’être obligé de prolonger son bail. Puis il l’avait poussé à y renoncer pour espérer retrouver du temps de jeu dans les dernières semaines.

Ainsi vivent les clubs de rugby d’aujourd’hui, chacun défend âprement ses intérêts pour rester dans les clous des budgets et du plafond salarial. Sept mois après son dernier exploit, Martin Bustos Moyano n’a pas retrouvé de club, il s’est fait opérer d’un poignet pour être à cent pour cent si une occasion se présente. In extremis l’Aviron lui avait proposé un nouveau contrat… d’entraîneur, largement à la baisse. Il n’a pas donné suite. 
 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?