Paris et ses klaxons

  • Les Toulousains, ici le week-end dernier face aux Toulonnais, se méfient de leur voyage en terres parisiennes. Ils devront remettre la marche avant contre les Parisiens. Photo Icon Sport
    Les Toulousains, ici le week-end dernier face aux Toulonnais, se méfient de leur voyage en terres parisiennes. Ils devront remettre la marche avant contre les Parisiens. Photo Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Toulouse - Le match nul concédé face à Toulon doit servir d’avertissement pour débuter une année 2020 où le champion sera attendu.

Le passage à la nouvelle année n’est jamais une mince affaire du côté de Toulouse. Après avoir dit au revoir à une année 2019 extraordinaire avec un titre de champion de France et une demi-finale de Coupe d’Europe à Dublin, soit le meilleur parcours des clubs tricolores dans la compétition, le 1er janvier signifie que le Stade toulousain va devoir jongler rapidement avec moult contraintes. Pour faire mieux qu’en 2019, le chemin ne sera pas un long fleuve tranquille. L’avertissement reçu au Stadium face à Toulon n’est pas anodin, mais doit être pris très au sérieux par les Toulousains avant un déplacement à Paris plus ardu que ne le laissait penser le début de saison. L’arrière Thomas Ramos était le premier à tirer le signal d’alarme avant même de sabler le champagne de la Saint-Sylvestre : "Ce résultat face à Toulon peut nous mettre le doute. À nous de faire attention, de travailler, de nous remettre en question. Il faut laisser derrière nous tout ce qui a pu se passer en 2019. Il faut oublier et penser que nous sommes sur la saison 2019-2020. L’euphorie que nous avons connue est terminée. Il faut passer à autre chose, ce qui n’a peut-être pas été encore fait."

Le constat est certainement un brin sévère, ou noirci par la frustration de la prestation livrée face au RCT puisque les Toulousains ont perdu en maîtrise, laissant penser qu’ils se contentaient du minimum après avoir pris l’avantage au score, oubliant leurs convictions et enchaînant des erreurs techniques inhabituelles, à l’image de ce jeu au pied raté à l’origine de l’essai toulonnais.

retrouver de la confiance

L’entraîneur Régis Sonnes était aussi en alerte par cette contre-performance : "Le contenu n’a pas été bon donc il va falloir changer, tout du moins évoluer, pour nous relancer rapidement. On va se remettre au boulot comme cela avait été le cas contre Castres la saison dernière quand nous avions perdu à domicile. On s’entraîne bien mais c’est un avertissement. Il faut que l’on soit nous-mêmes, que nous allions au bout de nos intentions."

L’accroc face à Castres la saison dernière avait été fondateur. Les Toulousains veulent croire que l’effet peut être identique pour débuter un début d’année 2020 de tous les défis, pour ne pas dire dangers, puisque le Stade doit valider sa qualification européenne avant de finir l’hiver sans, selon toute vraisemblance, sa horde d’internationaux (réponse le 8 janvier). Une période qu’il vaudra mieux attaquer avec le maximum de confiance, comme ce fut le cas en 2019. "Le match face à Toulon va nous permettre de nous remettre en question, reconnaissait Sébastien Bézy. Tous les matchs sont importants. Ce sera encore le cas à Paris face à une équipe du Stade français qui jouera un match capital pour son maintien. À nous de retrouver de la confiance pour faire un bon match à Jean-Bouin."

Et ainsi définitivement considérer le match nul contre Toulon comme un simple avertissement. Et éviter un grand coup de klaxon.

Voir les commentaires
Réagir