• Sekou Macalou (France) fait parti des suprises de Fabien Galthié
    Sekou Macalou (France) fait parti des suprises de Fabien Galthié Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Les surprises : 19 non-capés… et Macalou !

C’est une figure attendue, presque imposée pour la première liste d’un sélectionneur : celle de révéler une ou plusieurs surprises à l’occasion de sa première liste. Fabien Galthié n’a pas échappé à la règle, qui a convoqué pas moins de 19 joueurs non capés ainsi que l’ex-banni Sekou Macalou, dans le sillage de son immense prestation lors du Clasico.

Première ligne : Haouas, Gros, Etrillard 

Leur présence était quelque peu attendues au vu des révélations de Midi Olympique ce lundi, le staff les a confirmées. Pour compléter le poste de pilier gauche derrière Jefferson Poirot et Cyril Baille, c’est le Toulonnais Jean-Baptiste Gros qui a été promu, sa performance récente contre Clermont (qui le vit dominer à la régulière a référence Rabah Slimani dans l’épreuve de force) ayant achevé de convaincre le staff. Quant à Mohamed Haouas, ce n’est évidemment pas le buzz de son accrochage avec Bismarck Du Plessis qui a incité Galthié à cocher son nom, mais bien son intéressante capacité d’accélération (à l’image de l’essai qu’il inscrivit pour qualifier le MHR en phases finales la saison dernière, ainsi qu’un relatif manque de profondeur à son poste, Cedate Gomes Sa et Emrick Setiano n’ayant manifestement pas convaincu Galthié au Japon. Quant au talonneur Anthony Etrillard, son début de saison avec le RCT parle pour lui-même, qui lui a permis de devancer Peato Mauvaka.

Deuxième ligne : Cazeaux et Geraci rejoignent Palu

Alors que l’on pouvait s’attendre, au vu du contexte, que l’absence de Sébastien Vahaamahina soit en partie comblée par le retour à son poste d’Arthur Iturria, l’absence de la liste du Clermontois constitue probablement la plus grosse surprise de cette liste, tant son âge et son profil semblaient coller au projet de Galthié. De fait, si la convocation du Racingman Boris Palu était attendue (au vu de son gros début de saison et de sa polyvalence droite-gauche), les convocations du Bordelais Cyril Cazeaux et du Lyonnais Kilian Geraci constituent deux des plus inattendues, quand bien même ce dernier fait partie de la génération des doubles champions du monde. On notera que derrière les « poids lourds » Willemse, Taofifenua et Le Roux, Cazeaux et Geraci incarnent des profils aériens essentiels dans l’équilibre d’un pack.

Troisième ligne : Des profils de coureurs

S’il semble pratiquement acquis que le XV de France se présentera avec une troisième ligne Cors-Alldritt-Ollivon (celle qui avait tant séduit l’été dernier contre l’Ecosse) lors du Crunch et que le nom de Selevasio Tolofua faisait figure de quasi évidence, les noms des cinq autres sélectionnés peuvent tous interpeller. Si Woki (ex-champion du monde U20), fait figure de relative surprise, le noms de Cretin et Fischer ont pu surprendre, le staff ayant pour l’occasion choisi de sélectionner un spécialiste de la touche et un autre du jeu au sol. Et enfin, il y a le cas Macalou… Banni par Jacques Brunel sur la fin de son mandat, auteur d’un début de saison inconstant, le Parisien a rappelé dimanche dernier lors du Clasico à quel point son profil de joueur de rupture était rare. Fabien Galthié ayant fait de la vitesse l’alpha et l’omega de son mandat, la candidature de Macalou n’en apparaissait que plus naturelle, qui a semble-t-il incité le staff à lever la sanction officieuse qui planait autour du cas du Parisien. À celui-ci, désormais, de se montrer à la hauteur...

Demi de mêlée : Lucu, l’ascension express

Tout droit venu de Pro D2, l’ancien capitaine du Biarritz olympique a parfaitement réussi ses débuts à Bordeaux, au point de griller la politesse en bleu à Yann Lesgourgues. Il faut dire que son profil, plus gestionnaire, plaît beaucoup à Fabien Galthié qui connaît l’importance cruciale du jeu au pied dans le rugby moderne. Il faut dire également que la sélection de Lucu doit beaucoup à l’absence de Baptiste Couilloud, jugé trop juste quand bien même celui-ci vient de reprendre l’entraînement avec Lyon après sa blessure à l’épaule.

Centres : Hériteau et Vincent, pour apprendre

Sauf blessure, il ne fait aucun doute que la paire Fickou-Vakatawa sera titulaire pour affronter l’Angleterre. Derrière ces deux valeurs sûres, les jeunes Julien Hériteau et Arthur Vincent (encore un champion du monde U20) seront à pour apprendre, et en embuscade pour engranger leurs premières sélections même si, selon toute probabilité, c’est d’abord Romain Ntamack ou Damian Penaud qui devraient glisser au centre en cas de besoin, faisant jouer leur polyvalence.

Ailiers : Cordin, Etien, Ngandebe

À l’instar de Macalou, Lester Etien doit probablement beaucoup au dernier clasico, où sa capacité à remporter des duels (notamment défensifs) a marqué les esprits. Un profil atypique, muscukeux et tonique, mais en tout cas dans l’air du temps. En effet, ce sont des petits gabarits capables de jouer sur leurs appuis, que le staff a privilégié, à l’image du montpelliérain Gabriel Ngandebe et du néo-toulonnais Gervais Cordin, eux aussi passés par le pole France. Et dire que jusqu’à ce début de saison, Cordin jouait exclusivement à l’arrière...

Arrières : Bouthier et Hamdaoui à la lutte

Si Thomas Ramos, longtemps en ballottage, a finalement été retenu en raison de sa qualité de buteur, le Toulousain ne fait pas pour autant figure de légitime favori pour porter le numéro 15 fce à l’Angleterre. Au contraire, celui-ci semble considéré par le staff comme le remplaçant idéal du fait de sa polyvalence, tandis que le rôle de titulaire devrait se jouer entre deux néo-sélectionnés : Anthony Bouthier et Kylan Hamdaoui. Deux joueurs aux parcours relativement similaires, puisque les deux joueurs ont d’abord maturé en Pro D2 (Vannes pour Bouthier, Biarritz pour Hamdaoui) avant d’éclore en élite. Le profil de Bouthier étant d’autant plus atypique que son ascension fut expresse (il est passé par la Fédérale et n’a débuté en Top 14 que cette saison, à 27 ans)… Reste que son profil de joueur capable de franchir a beaucoup plu au staff, qui souhaite l’observer en conditions réelles.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir