• Alexandre Fischer (Clermont) fait parti des surprises annoncées par Fabien Galthié dans le groupe de 42 joueurs
    Alexandre Fischer (Clermont) fait parti des surprises annoncées par Fabien Galthié dans le groupe de 42 joueurs Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Fischer, Lucu, Cazeaux... Et donc, qui sont-ils ?

En maquignon du rugby, Fabien Galthié est allé chercher sept joueurs qu’on n’attendait pas vraiment. Focus sur ces appelés-surprises...

Sincèrement, on ne les avait pas vus venir. Les sept joueurs cités ci-dessous sont des ovnis, des énormes cotes, qui auraient fait gagner beaucoup d’argent à bien des parieurs. On ne garantit évidemment pas qu’ils seront dans les 23 qui affronteront l’Angleterre. Peut-être même vivront-ils leur premier Tournoi en réservistes, spécialistes des oppositions en semaine. Mais mercredi matin, leur cœur a dû battre la chamade lorsque leur nom fut égrainé par le nouveau sélectionneur.

Alexandre Fischer : Clermont - 21 ans

Il n’a jamais été sélectionné chez les jeunes, une rareté chez les jeunes Clermontois qui percent. Ce troisième ligne, ancien nageur, évolue dans le registre plaqueur-gratteur, un homme des taches obscures plus qu’un flamboyant porteur de balles. Il a longtemps joué talonneur, et les entraîneurs clermontois se sont montrés longtemps sceptiques quant à sa capacité à franchir le dernier cap. Lancé comme une bouteille à la mer la saison dernière, victime d’une grave blessure à l’ischio-jambier qui le tint éloigné des terrains pendant six mois, il subjugue depuis son retour tout son monde par sa détermination et le sérieux de sa préparation.

Maxime Lucu : Bordeaux - 26 ans

Il n’est pas si jeune, et surtout, il n’a découvert l’élite qu’en août dernier. Jusqu’ici, il n’avait joué qu’en Pro D2 à Biarritz. Mais Christophe Urios a tout de suite apprécié ce demi de mêlée très propre, très fort au pied et dans la distribution. Il est plus "collectif" que d’autres demis de mêlée, mais il réalise aussi moins d’exploits spectaculaires.

Cyril Cazeaux : Bordeaux - 24 ans

Il fréquente l’élite depuis 2015 et son arrivée à Bordeaux. Il a l’avantage de jouer à droite, ce qui est une denrée rare chez les deuxième ligne français. À Bordeaux, il a patiemment trouvé sa place sans esbroufe, mais avec des qualités de pousseur au-dessus de la moyenne et un bon sens du déplacement qui débouchent sur des gestes de base réalisés dans le bon tempo.

Julien Hériteau : Toulon - 25 ans

Il a forcément bénéficié de son passage d’Agen à Toulon l’été dernier. Dans le contexte d’un club qui regarde vers le haut, son potentiel physique a attiré le regard des sélectionneurs. Il est un centre qui sait avancer au contact, il est aussi connu pour son efficacité en défense, où il se montre bon régulateur tout en restant capable de coller quelques "timbres".

Gervais Cordin : Toulon - 21 ans

Lui aussi ne fréquente l’élite et Toulon que depuis l’été 2018. Il jouait auparavant à Grenoble où il avait crevé l’écran par un essai magistral de 80 mètres face à Mont-de-Marsan en Pro D2, en septembre 2017. Peu utilisé l’an dernier au FCG par Stéphane Glas qui lui préférait à l’arrière Gaëtan Germain, le grand public l’avait un peu perdu de vue depuis. Mais ses relances électriques et ses crochets le font émerger de la masse, lui qui n’occupe le poste d’ailier que depuis… Cette saison !

Lester Étien : Stade français - 24 ans

Lui non plus n’est plus si jeune. Il a passé pas mal de temps à Massy, en Pro D2 et en Fédérale 1. Il a découvert l’Elite en 2018, dans un rôle d’ailier très dense qui ne lâche rien, à la manière d’un Saint-André ou d’un Bory.

Mohamed Haouas : Montpellier - 25 ans

Il a porté le maillot de l’équipe de France Militaires. C’est un pilier de gros tempérament, qui ne s’en laisse pas conter. Un vrai combattant.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir